Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

[Vidéo] Le premier jet biréacteur du suisse Pilatus a obtenu son visa pour les airs

Cédric Soares ,

Publié le

Vidéo Le PC-24, premier jet d’affaires biréacteur suisse a été certifié par l’agence de sécurité Aérienne européenne (EASA) et son homologue Américaine (FAA) jeudi 7 décembre. L’appareil, construit par l’avionneur Pilatus, a la particularité de pouvoir se poser sur de courtes pistes, qu’elles soient goudronnées ou non. 

[Vidéo] Le premier jet biréacteur du suisse Pilatus a obtenu son visa pour les airs
Le PC-24, premier jet biréacteur Suisse de l'avionneur Pilatus, a obtenu, jeudi 7 décembre, la certification "Super Versatile Jet" de la part de l'agence de la sécurité aérienne Européenne (EASA) et son homologue Américaine (FAA).
© Pilatus Aircraft Ltd

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Le premier jet d’affaires biréacteur suisse a obtenu jeudi 7 décembre le droit de voler. Le PC-24, de l’avionneur Pilatus a été certifié par l'agence de sécurité aérienne Européenne (EASA) et son homologue Américaine (FAA), "Super Versatile Jet" (SVJ). La première livraison de l’avion, au spécialiste du jet partagé Américain Plane Sense, est prévue en janvier 2018.

Le planning a été quasiment respecté à la lettre. Dès le lancement du programme en 2013, Pilatus a annoncé une mise en service du PC-24 en 2017. Seul, le premier vol d’essai a été reporté de fin 2014 à mai 2015. Si la livraison officielle du premier exemplaire à Plane Sense est prévue en janvier 2018 aux Etats-Unis, l’avion sera remis à son propriétaire dès le mois décembre 2017 en Suisse.

L'avion est vendu à 8,9 millions d’euros au prix catalogue. 84 commandes ont été enregistrées dès le lancement. Pilatus en a arrêté la commercialisation le temps de terminer le développement. 23 exemplaires de l’appareil seront livrés en 2018. huit sont actuellement en cours d’assemblage sur ses chaines de montage. Le constructeur Suisse devrait réouvrir le carnet de commandes courant de l’année prochaine.

Un jet tous-terrains

Ce qui différencie ce petit avion d'environ 17 mètres de long des autres jets de sa catégorie, c'est sa capacité à décoller sur tous types de terrain comme des pistes courtes, d'au minium 856 mètres, goudronnées ou non. Une performance rendue possible par l'utilisation de pneus basse pression et l'intégration d'un déflecteur de graviers autour de la roue avant. Le PC-24 hérite ces équipements du PC-12, précédent jet monomoteur à hélices de Pilatus. Selon Pilatus, le PC-24 peut atterrir et décoller depuis 20 135 aéroports à travers le monde, contre 10 645 pour les autres jets commerciaux comme le Phenom 300 d'Embraer ou le Citation CJ4 de Cessna.

Deux turboréacteurs Williams FJ44-4A équipent l’appareil. Le PC-24 vole à une vitesse de croisière maximale de 815 km/h. Son rayon d’action est de 3 400 km en configuration six passagers. Au maximum, il peut transporter jusqu’à onze personnes.

L’avionneur, basé à Stans (Suisse), a investi 500 millions de francs suisses (427 millions d’euros) dans le développement du PC-24 ainsi que 150 millions de francs suisses (128 millions d’euros) dans la construction de nouveaux bâtiments et outils de production.

D'abord un spécialiste de l'avion d'entrainement

Pilatus emploie près de 2 000 salariés dont la majorité basée dans son siège de Stans en Suisse. Le constructeur a réalisé un chiffre d'affaires de 821 millions de francs suisses (703 millions d'euros) en 2016. La compagnie a été fondée en 1939. Jusque dans les années 1990, le constructeur helvète est spécialisé dans les avions d’entrainement. Son dernier modèle en date, le PC-21, a été mis en service en 2002. L’appareil a rencontré un vif succès puisqu’il a été vendu aux forces armées en Arabie Saoudite, Australie, Emirats Arabes Unis, Jordanie, Qatar, Royaume-Uni, Singapour, Suisse et France. L’armée de l’Air française a commandé 17 unités du PC-21. Leur livraison débutera en 2018. L'avioneur se lance sur le marché des jets privés en 1994 avec la mise en service du monoréacteur PC-12. L’avion a depuis été écoulé à 1 500 exemplaires. 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle