Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

[Vidéo] Le lanceur Electron de Rocket Lab met en orbite ses premiers satellites

Cédric Soares ,

Publié le

Vidéo La fusée Electron de Rocket Lab a réussi la première mise en orbite de satellites, lors de son second vol. L’opérateur Néo-Zélandais veut s’imposer sur le marché des lancements de satellites de petite taille. 

[Vidéo] Le lanceur Electron de Rocket Lab met en orbite ses premiers satellites
L'opérateur aérospatial Néo-Zélandais Rocket Lab a réussi le second vol d'essai ainsi que la première mise en orbite de satellites de son lanceur Electron dimanche 21 janvier
© Rocket Lab

Le lanceur Electron du Néo-Zélandais Rocket Lab a réussi sa première mise en orbite au terme d'un vol de 8 minutes 31. L'étage supérieur de la fusée embarquait un satellite d’imagerie Dove ainsi que deux satellites de suivi météo et d’activité maritime Lemur-2Le tir a été réalisé dimanche 21 janvier à 14h43 (2h43 heure de Paris) sur le site de lancement de l’opérateur aérospatial situé à Mahia Peninsula (Nouvelle-Zélande). Il s'agissait du second vol d'essai pour la fusée.

Dans un communiqué de presse, Rocket Lab indique viser plus de 50 tirs par an, lorsque l’activité commerciale sera lancée et même jusqu’à 120 lancements annuels à terme. Cinq lanceurs sont actuellement en production. La prochaine mission aura lieu en début d’année 2018. Aucune fenêtre de tir n’est encore programmée. Selon le document, les ingénieurs de Rocket Lab attendent la fin de l’analyse des données de vol du second tir d’essai avant de donner plus d’informations.

Un lanceur optimisé 

Cette première mise en orbite est une étape importante pour Rocket Lab. L’entreprise souhaite s’imposer sur le marché des lancements de satellites de petite taille en orbite basse, grâce à une fusée adaptée et légère (masse de 12,5 tonnes au décollage)

Le lanceur, de 17 mètres est construit avec de composites de carbone légers. Les éléments du moteur Rutherford, développé en interne, sont imprimés en 3D. Enfin le tout est alimenté par mélange oxygène liquide / kérosène dont le rendement important a permis de diminuer la taille des réservoirs.

Autre nouveauté, la fusée est consitutée de deux modules indépendants. Alors que l'étage supérieur est prévu pour embarquer 150 kg de charge utile, Celui du dessous contient le système de propulsion. Les clients ont même la possibilité de procéder, à l'intégration de leur satelite dans l'étage supérieur dans leur côté, pendant que Rocket Lab continue de produire des étages de propulsion inférieurs du sien. Des efforts de conception qui se ressentent sur la facture. L'opérateur Néo-Zélandais annonce facturer les missions d'Electron 4,9 millions de dollars (4 millions d'euros) là où un tir avec le lanceur Falcon 9 de SpaceX, capable cependant d'emporter de plus gros satellites, coûte 62 millions de dollars (50,6 millions)

Peter Beck, PDG et fondateur de Rocket Lab affirme, dans une interview publiée sur le site du Wall Street Journal, qu’en théorie Electron est capable de lancer les deux tiers des satellites commerciaux, scientifiques et militaires envoyés dans l’espace chaque année. La Nasa, Spire, Moon Express et Spaceflight font partie des premiers clients de Rocket Lab.

De nombreux déboires en 2017 

Cette premièere réussite intervient après plusieurs déboires rencontrés par le lanceur Electron en 2017. Lors du premier vol d’essai en mai, la fusée n'est pas parvenu à placer en orbite la charge utile embarquée. Les opérateurs au sol ont dû déclencher la commande de destruction du lanceur après avoir perdu le contact. Le second tir de la fusée était initialement prévu courant décembre. Il a dû être reporté, d’abord à cause de conditions météo défavorables puis d’un problème d’alimentation. L’avarie a été repérée pendant la phase de vérifications précédant de compte à rebours du lancement.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle