Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Vidéo : le BEA exclut une désintégration en plein vol de l'appareil d'Air Algérie

Publié le

Vidéo L'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé au Mali le 24 juillet dernier "ne s'est pas désintégré en plusieurs morceaux en vol", a affirmé ce jeudi 7 août Rémi Jouty, le directeur du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA), sans pour autant exclure "la thèse d'une action délibérée". Retrouvez cette conférence de presse en vidéo.

Vidéo : le BEA exclut une désintégration en plein vol de l'appareil d'Air Algérie © Wikimedia commons

Le directeur du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA), Rémi Jouty, a communiqué ce jeudi 7 août sur les premiers éléments de l'enquête concernant le crash du vol d'Air Algérie, survenu le 24 juillet dernier.

"Quand on voit la trajectoire, cela conduit à penser que l'avion - un McDonnell Douglas MD-83 - ne s'est pas désintégré en plusieurs morceaux en vol. Cela n'exclut pas des dommages en vol", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse. "Je ne pense pas que l'on puisse à ce stade exclure la thèse d'une action délibérée, mais on ne peut pas en dire plus pour l'instant", a ajouté Rémi Jouty.

Les enregistrements des conversations inexploitables dans l'immédiat

Par ailleurs, les données de l'une des deux boîtes noires, celle qui contient les enregistrements des conversations de l'équipage du vol AH5017, sont inexploitables dans l'immédiat. "Il y a du signal sonore enregistré sur la bande mais ce signal est inintelligible à ce stade", a expliqué le directeur du BEA, indiquant s'être tourné "vers les meilleurs experts" pour tenter de le décoder.

Un crash à 740 km/h

Selon les éléments d'ores et déjà établis par l'enquête sur l'accident qui a coûté la vie à 116 personnes, l'appareil a traversé une zone orageuse. On observe dans la dernière partie du vol une diminution de la vitesse puis l'avion qui part en virage à gauche avant de perdre rapidement de l'altitude et de s'écraser. Le BEA a pécisé qu'une seconde avant le crash, l'appareil allait à une vitesse de 740 km/h et évoluait une altitude d'environ 490 mètres, ce qui explique la désintégration de l'apparail au sol.

Le BEA remettra un rapport d'étape mi-septembre, a de son côté indiqué N'Faly Cissé, président de la Commission sur les accidents et incidents de l'aviation civile au Mali.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle