Vidéo : le BEA exclut une désintégration en plein vol de l'appareil d'Air Algérie

L'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé au Mali le 24 juillet dernier "ne s'est pas désintégré en plusieurs morceaux en vol", a affirmé ce jeudi 7 août Rémi Jouty, le directeur du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA), sans pour autant exclure "la thèse d'une action délibérée". Retrouvez cette conférence de presse en vidéo.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Vidéo : le BEA exclut une désintégration en plein vol de l'appareil d'Air Algérie

Le directeur du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA), Rémi Jouty, a communiqué ce jeudi 7 août sur les premiers éléments de l'enquête concernant le crash du vol d'Air Algérie, survenu le 24 juillet dernier.

"Quand on voit la trajectoire, cela conduit à penser que l'avion - un McDonnell Douglas MD-83 - ne s'est pas désintégré en plusieurs morceaux en vol. Cela n'exclut pas des dommages en vol", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse. "Je ne pense pas que l'on puisse à ce stade exclure la thèse d'une action délibérée, mais on ne peut pas en dire plus pour l'instant", a ajouté Rémi Jouty.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Les enregistrements des conversations inexploitables dans l'immédiat

Par ailleurs, les données de l'une des deux boîtes noires, celle qui contient les enregistrements des conversations de l'équipage du vol AH5017, sont inexploitables dans l'immédiat. "Il y a du signal sonore enregistré sur la bande mais ce signal est inintelligible à ce stade", a expliqué le directeur du BEA, indiquant s'être tourné "vers les meilleurs experts" pour tenter de le décoder.

Un crash à 740 km/h

Selon les éléments d'ores et déjà établis par l'enquête sur l'accident qui a coûté la vie à 116 personnes, l'appareil a traversé une zone orageuse. On observe dans la dernière partie du vol une diminution de la vitesse puis l'avion qui part en virage à gauche avant de perdre rapidement de l'altitude et de s'écraser. Le BEA a pécisé qu'une seconde avant le crash, l'appareil allait à une vitesse de 740 km/h et évoluait une altitude d'environ 490 mètres, ce qui explique la désintégration de l'apparail au sol.

Le BEA remettra un rapport d'étape mi-septembre, a de son côté indiqué N'Faly Cissé, président de la Commission sur les accidents et incidents de l'aviation civile au Mali.

Partager

NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS