Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

[Vidéo] La NASA réussit un test crucial pour son retour vers la Lune

Simon Chodorge , , , ,

Publié le , mis à jour le 02/07/2019 À 14H27

Vidéo [ACTUALISÉ] Le 2 juillet, la NASA a testé avec succès Orion, sa capsule spatiale destinée à emmener des astronautes vers la Lune en 2024. Lors de cette mission, l'agence spatiale américaine a notamment vérifié le système d'éjection d'urgence du module.

[Vidéo] La NASA réussit un test crucial pour son retour vers la Lune
Baptisé Ascent Abort-2 (AA-2), la mission a décollé de Cap Canaveral en Floride (États-Unis).
© NASA/Tony Gray & Kevin O'Conne

Actualisation du mardi 2 juillet : C’est une journée importante pour la NASA et le bon déroulement du programme Artemis. Mardi 2 juillet, l’agence spatiale américaine a testé avec succès Orion, la capsule spatiale qui sera chargée d’amener les astronautes américains vers la Lune en 2024. Alors que le calendrier des missions est déjà intense, la réussite du test était cruciale pour la NASA. L’événement a été retransmis en direct par l’agence.

Test du système d’éjection d’urgence

Baptisé Ascent Abort-2 (AA-2), la mission a décollé de Cap Canaveral en Floride (États-Unis) à 7 heures du matin (13 heures en France métropolitaine). Lors de ce vol, le système d’éjection d’urgence d’Orion a été testé sans équipage à bord de la capsule. En conditions réelles, ce système permet aux astronautes de revenir sur terre sains et saufs en cas d’urgence ou d’anomalie lors de l’ascension, avant qu’ils n’aient atteint l’espace.

La mission AA-2 doit permettre de prouver le bon fonctionnement de la capsule spatiale. Elle permettra aussi de récolter de multiples données : la version test d’Orion est chargée d’environ 900 capteurs, notamment pour mesurer la température et la pression.

(La version test d'Orion montée entre la tour de sauvetage et le lanceur d'appoint. Crédit : NASA/Ben Smegelsky)

Comment s'est déroulée la mission ?

Lors de ses futures expéditions vers la Lune, Orion sera monté sur le gigantesque Space Launch System, une fusée toujours en cours d’assemblage aux États-Unis. Ici, la capsule a été lancée par un propulseur d’appoint. Il s’agit en réalité du premier étage recyclé d’un missile Peacekeeper ICBM fabriqué par Northrop Grumman.

Il ne faut pas cligner les yeux durant la mission : elle a duré seulement quelques minutes. Le lanceur a accéléré jusqu’à Mach 1,15 pour élever Orion à environ 9450 mètres d’altitude, 55 secondes après le décollage. C’est là que la séquence d’éjection a été activée et que les moteurs-fusées de la tour de sauvetage se sont allumés pour ré-orienter la capsule. 27 secondes après le début de l’éjection, la tour de sauvetage s'est séparée de la capsule Orion. Celle-ci a ensuite fait une chute libre dans l’océan. Une vidéo en images de synthèse de la NASA permet de visualiser ces étapes.

Prochaine étape, la mission Artemis 1

Ce test présente une différence notable avec un vol en situation réelle : les parachutes de la capsule ne sont pas déployés. Autrement dit, la version test d’Orion a percuté l’océan à environ 500 km/h pour se désintégrer. La NASA argumente qu’elle a déjà testé le système de parachutes. Surtout, ne pas intégrer les parachutes présente des économies importantes.

La prochaine étape pour la capsule Orion sera la mission Artemis 1 en 2020. La fusée Space Launch System (SLS) devra alors partir avec la capsule Orion pour une mission non habitée autour de la Lune.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle