L'Usine Aéro

[Vidéo] La fusée chinoise Longue Marche-5 échoue à envoyer en orbite un satellite

Léna Corot ,

Publié le

La fusée chinoise Longue Marche-5 n'a pas réussi à envoyer en orbite un satellite dimanche 2 juillet. "Des investigations vont être menées afin d'en déterminer les causes exactes" a déclaré l'agence de presse Chine Nouvelle.

[Vidéo] La fusée chinoise Longue Marche-5 échoue à envoyer en orbite un satellite © Twitter/@XHNews /CC

Echec d'une mission spatiale chinoise. Dimanche 2 juillet le deuxième lanceur lourd Longue Marche-5 Y2 n'est pas parvenu à mettre en orbite le satellite de communication Shijian-18. Ce satellite devait permettre d'améliorer l'accès à internet et la réception de chaînes de télévisions en Chine.

"Une anomalie a été détectée durant le vol", a simplement déclaré l'agence Chine Nouvelle. La fusée a décollé à 19h23 heure locale (11h23 GMT) dimanche de la base de lancement de Wenchang dans la province de Hainan. Si au décollage le lancement semble s'être bien déroulé, il y aurait eu un problème dans le pilotage de la fusée et la mission a échoué vers 12h00 GMT. "Des investigations vont être menées afin d'en déterminer la cause exacte", a déclaré l'agence de presse chinoise.

 

Un coup de frein porté aux ambitions spatiales chinoises ?

La fusée Longue Marche-5, est la plus grosse fusée de transport de Chine. Elle a deux étages et peut transporter jusqu'à 25 tonnes. Selon la Société des sciences et technologies aérospatiales de Chine (SSAC) qui a conçu cette fusée, Longue Marche-5 utilise deux sortes de combustibles, le kérosène et l'oxygène liquide, ainsi que de l'hydrogène liquide et de l'oxygène liquide, à la place du propergol hautement toxique, rendant la fusée plus respectueuse de l'environnement et moins coûteuse.

Cet échec survient après un premier succès. En novembre, le lanceur Longue Marche-5 est parvenu à mettre en orbite une première charge utile. L'incident qui s'est produit lors du lancement de dimanche est surprenant. Depuis quelques années, le pays développe énormément son programme spatial.

D'ici 2018, la CNSA (China national space administration) veut envoyer la sonde Chang’e-4 sur la face cachée de la Lune. Deux ans plus tard, "un pas de géant" sera réalisé d’après Xu Dazhe, le directeur du CNSA, avec l’envoi d’un rover sur Mars. Surtout, le pays souhaite construire et mettre en servir à l'horizon 2022 une station spatiale permanente et habitée, Tiangong 3. Mais avec l'incident de ce week-end, le programme spatial chinois va-t-il prendre du retard sur son planning prévisionnel ?

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte