Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

[Vidéo] L’étonnante histoire du procès sur la vente d’une Ferrari 250 GTO 1964

, ,

Publié le

Vidéo Dans la Creuse, le tribunal de Guéret doit se pencher les 13 et 14 décembre sur la vente en 2014 d'une rarissime Ferrari 250 GTO de 1964, par un héritier de l'industriel et passionné de voitures de course Pierre Bardinon. Une opération à 38 millions d’euros contestée depuis par les deux autres enfants du défunt.

[Vidéo] L’étonnante histoire du procès sur la vente d’une Ferrari 250 GTO 1964
Un étonnant procès se tient autour d'une Ferrari 250 GTO de ce type, des modèles rarissimes fabriqués entre 1962 et 1964.
© Wikipedia

Efficace sur piste, c’est probablement la plus belle des Ferrari que l’on puisse croiser, selon les aficionados. D’autant que la production totale de voitures de course Ferrari 250 GTO s’était limitée à 39 exemplaires entre 1962 et 1964, dont seulement 3 en 1964. C’est de l’une de ces rarissimes pièces dont il est question dans le procès qui se tient jeudi 13 et vendredi 14 décembre devant le tribunal correctionnel de Guéret, dans la Creuse, en Nouvelle-Aquitaine.

"La Joconde des Ferrari"

A la barre vont s’affronter les trois enfants de Pierre Bardinon, décédé en août 2012, un riche industriel à la tête de l'entreprise familiale spécialisée dans le cuir Chapal, mais aussi collectionneur de voitures d’exception et fondateur en 1963 du circuit du Mas-du-Clos, près d'Aubusson. En 2014, un de ses fils, Patrick, cède lors d’une vente aux enchères médiatisée pour 46 millions de dollars (environ 38 millions d’euros) la Ferrari 250 GTO 1964 de son père, rebaptisée alors "La Joconde des Ferrari" car devenue ainsi le véhicule le plus cher au monde.

(Présentation de Ferrari 250 GTO - Crédit photo: blog de Forza Rossa)

Si Patrick Bardinon juge qu’elle lui avait été cédée par son père en 1978, son frère et sa sœur l’accusent d’abus de confiance, estimant que la voiture faisait partie de la succession… et ne pouvait donc pas quitter le musée privé fondé par Pierre Bardinon à Saint-Avit-de-Tarbes, dans la Creuse, qui abriterait toujours l’une des plus belles collections de Ferrari au monde, selon le site  Motor1.com. Prévu il y a quelques mois déjà, le procès avait dû être reporté pour « raison médicale ».

Chapal, spécialiste du cuir devenu marque de vêtements de luxe

Spécialisée dans le tannage des peaux de lapin à quelques kilomètres d'Aubusson, Chapal compta dans les années 1930, sept usines et 3 000 employés en France et aux Etats-Unis, et produisait encore dans les années 1980' 80 % du vison français, fabricant notamment le prêt-à-porter de Christian Dior et fournissant des peaux à Rank Xerox, pour nettoyer les rouleaux d'encre de ses premiers photocopieurs, raconte L’Express dans une longue enquête consacrée à cette affaire. La société a été reprise depuis par Jean-François Bardinon, le second fils, qui l’a transformée en marque de vêtements de luxe inspirés des univers de l'aviation et de l'automobile.

Or, contrairement aux biens immobiliers et industriels, la collection de Ferrari n'a pas fait l'objet d'un partage du vivant des parents, alors qu’elle a pris une valeur considérable au fil des ans. Les deux derniers enfants réclament donc que 50 millions d'euros - le produit de la vente de la Ferrari 250 GTO 1964, augmenté des intérêts - soient restitués à l'héritage commun. 

Retrouvez la vidéo de France 3 Nouvelle Aquitaine consacrée à cette affaire en septembre

 

Et découvrez la Ferrari 250 GTO de 1964 à travers une vidéo réalisée par le site anglophone Petrolicious, tenu par des passionnés de voitures:

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle