Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

[Vidéo] Ferme France veut fédérer les initiatives sociétales

Cédric Soares , ,

Publié le

Le Salon de l’Agriculture est l’occasion pour Ferme France de fédérer les acteurs du secteur agricole engagés pour des produits prenant mieux en compte les enjeux sociétaux. Cofondée par Fleury Michon, Terrena, ou encore Auchan, la jeune association va créer un indice de notation destiné à évaluer les performances des produits, sous le contrôle d'un jury citoyen.

[Vidéo] Ferme France veut fédérer les initiatives sociétales © Cédric Soares

L'association Ferme France, née il y a quelques mois, compte sur l’édition 2018 du Salon de l’Agriculture, qui se tient à Paris depuis le 24 février, pour mobiliser un maximum d’interlocuteurs. Son but est de rassembler et d’accompagner tous les acteurs engagés en faveur de produits prenant en compte des enjeux sociétaux. Exemples: l’origine et la traçabilité des produits, l’utilisation de pesticides, le bien-être animal, la nutrition et la santé humaine ou l’impact sur l’environnement. L’association fait le pari de pouvoir coordonner les initiatives déjà existantes et de simplifier leur lisibilité aux yeux des consommateurs. Elle compte déjà cinq membres fondateurs : les coopératives agroalimentaires Terrena et Advitam, les industriels Sodebo et Fleury Michon ainsi que le distributeur Auchan.

Pour répondre à son objectif, Ferme France entend créer et promouvoir un indice de notation (compris entre 0 et 100) mesurant la performance sociétale des produits issus des différentes filières agricoles. L’attribution d’une note se fera sur la base de l’auto-évaluation des producteurs membres de l’association. Celle-ci sera à terme apposée, sous forme de macaron, sur les emballages des produits. Un jury citoyen, constitué par Ferme France, auditera les notes. L'association espère ainsi permettre aux acteurs de la filière (producteurs, industriels, distributeurs) de s’améliorer sur la base d’un référentiel de qualité partagé. 

 

Maximilien Rouer, porte-parole et directeur du développement de Ferme France détaille les principes de l'indice que lance l'association.

 

Label Rouge, AB... Une multiplication des labels et un manque de coordination

L’initiative est née du constat "de la montée en puissance de la pression sociétale, multiforme et de plus en plus importante et notre incapacité collective à y répondre de façon ordonnée", explique François Attali, président de Ferme France et directeur marketing stratégique de la coopérative alimentaire Terrena. Plusieurs labels alimentaires, comme Label Rouge pour la viande ou AB pour l’agriculture biologique, existent déjà pour valoriser les différentes filières. "Chaque acteur croit bien de répondre à sa manière et de valoriser sa différence" commente François Attali. Côté producteur, cette approche "génère un surcout", estime-t-il. Chaque label sous-entendant le respect des contraintes d’un cahier des charges spécifique.

La multiplication des initiatives est également synonyme d’une signalétique de plus en plus complexe sur les emballages. "Les consommateurs sont mis en face d’une multitude de promesses, Ils ne savent plus où regarder, ce qui est important et ce qui ne l’est pas", détaille François Attali.

Le rôle fédérateur que souhaite prendre France Ferme répond à besoin identifié par ses membres fondateurs. "Sur la filière porcine il y a énormément de bonne volonté mais il manque un acteur pour coordonner", commente Nicolas Ouziel, le directeur général développement France de Fleury Michon. La démarche de Ferme France "donne de la puissance et de l’homogénéité" confirme Pierre-René Tchoukriel, directeur produit Auchan.

Les premiers produits labellisés d’ici 2019

Pour remplir sa mission, Ferme France souhaite s’appuyer sur les initiatives déjà existantes au sein des différentes filières agroalimentaires pour définir des objectifs et un référentiel de critères commun pour l’indice d’évaluation. L’association travaille déjà avec plusieurs organisations comme l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) ou l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) pour leur expertise technique. Ferme France a déjà levé 1,2 million d’euros via les cotisations de ses membres fondateurs.

A l’occasion du Salon de l’Agriculture, de nouveaux membres pourraient rejoindre l'association. Maximilien Rouer, le directeur du développement de Ferme France, espère collecter 2 millions d’euros de cotisations en 2018. Le macaron-indice sera développée de manière progressive. Les premiers produits estampillés, issus de trois filières agricoles, devraient arriver dans les rayons courant 2019. Les filières du lait, de la volaille et la farine seraient pressenties.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle