[Vidéo] En Chine, la course vers l'espace s'accélère avec un premier lancement du "SpaceX chinois"

En Chine, la course vers l'espace s'accélère entre les multiples acteurs privés. OneSpace Technology, parfois comparé à SpaceX, a réussi à lancer l'une des premières fusées privées chinoises. L'entreprise souhaite diviser par deux le coût d'envoi des satellites dans l'espace.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[Vidéo] En Chine, la course vers l'espace s'accélère avec un premier lancement du
Tiangong-1, la première station spatiale développée par l'agence spatiale chinoise CNSA.

Une semaine après le lancement du nouveau Falcon 9, un décollage un peu moins remarqué a eu lieu en Chine. À 7h33 (heure locale) le jeudi 17 mai, OneSpace Technology a propulsé l'un des premiers lanceurs chinois privés. Un exploit qui vaut à l’entreprise le surnom de “SpaceX chinois”.

L’événement devrait renforcer la position de la Chine dans la course à l’exploration spatiale. Un enjeu dont le président Xi Jinping a fait une priorité. Le gouvernement chinois projette de placer en orbite une station spatiale habitée en permanence autour de 2022.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Fondé en 2015, OneSpace a levé 500 millions de yuans, soit 66 millions d'euros. Une petite somme en comparaison de l'argent investi par les entreprises américaines mais l'acteur chinois défend les mêmes objectifs : réduire le coût des missions et à terme démocratiser le voyage dans l'espace.

Un objectif de dix missions en 2019

Baptisée “Chongqing Liangjiang Star” ou OS-X, la fusée de OneSpace Technology a été développée en trois ans et mesure 9 mètres. Elle peut porter une charge utile de 100 kg jusqu’à 800 kilomètres d’altitude. Le lanceur utilise des modes de communication sans fil plutôt que l’internet filaire, une façon de réduire son poids et d’économiser 30% sur les coûts de carburant, selon l'agence de presse Xinhua. L'entreprise souhaite ainsi réduire de moitié les coûts pour placer en orbite de petits satellites.

Fin 2018, OneSpace espère aussi tester une fusée appelée OS-M. En 2019, l'entreprise souhaite mener dix missions.

De multiples acteurs ont émergé ces dernières années

En 2017, OneSpace a signé un accord avec le Chongqing Liangjiang Aviation Industry Investment Group pour construire un centre de recherche et de fabrication à Chongqing, une ville du sud-ouest de la Chine. Le premier lancement avait pour but de collecter des données de recherche dans le cadre de ce partenariat.

OneSpace n’est pas tout seul. Ce lancement marque l’accélération de la course entre les multiples acteurs chinois qui ont émergé ces dernières années dans le secteur spatial. En avril, Space Honor a réussi à lancer une fusée d’un unique étage à une altitude de 108 kilomètres, aux limites de l’espace. D’ici la fin de l’année, LandSpace espère aussi trouver le chemin des étoiles avec un premier lancement.

Partager

NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS