International

[Vidéo] Ces images satellite qui témoignent de la violence de l'explosion à Beyrouth

, , , ,

Publié le

Vidéo Capturées par les satellites Pléiades et SkySat des sociétés Airbus Defence and space Space et Planet Labs, les images du port de Beyrouth révèlent l'étendue des dégâts. Ce qui était, jusqu'aux deux explosions du mardi 4 août 2020, le plus grand port du Liban, n'est plus qu'un champ de ruines.

[Vidéo] Ces images satellite qui témoignent de la violence de l'explosion à Beyrouth
Les images du satellite Pléiades révèlent un immense cratère au milieu de ce qu'il reste du port de Beyrouth.
© Airbus Space

A l'endroit où se situait le hangar qui contenait 3 000 tonnes de nitrate d'ammonium, un immense cratère.

Mardi 4 août 2020, deux explosions au port de Beyrouth ont ravagé la ville. Dans tous les foyers, les vitres ont été soufflées et la capitale du Liban compte aujourd’hui 300 000 personnes sans domicile. On dénombre pour le moment 137 morts et des milliers de blessés.

Le principal port du pays

Le port du Beyrouth était le plus important du Liban, et permettait l’import des produits nécessaire pour subvenir aux besoins de six millions d’habitants. En effet, le Pays du Cèdre importe la majeure partie de ses produits alimentaires.

Les infrastructures dévastées

Le lendemain de la catastrophe, les sociétés Planet Labs et Airbus Space révélaient sur leurs comptes Twitter respectifs les images du port. Les toitures blanches des hangars ont disparu, les navires sont couchés sur leurs flancs, abattus par le souffle de la déflagration. Il ne reste rien du principal port du Liban.

Le quotidien britannique The Guardian a publié sur sa chaîne Youtube une compilation de vidéos capturées par des drones, qui révèlent sous un autre angle l’étendue des dégâts.
 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

07/08/2020 - 07h55 -

Certes, beaucoup d'entrepôts sont détruits ou gravement endommagés. Sur les 12 linéaires de quai, 11 restent disponibles, dont le quai de manutention des containers. Le port de Beyrouth n'est donc pas "détruit" et peut continuer à approvisionner le Liban.
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte