International

[Vidéo] Boeing et SpaceX testent les parachutes de leurs capsules spatiales

Simon Chodorge , , , ,

Publié le

Vidéo Boeing a annoncé le 4 novembre la réussite d'un test important pour sa capsule spatiale CST-100 Starliner, malgré une anomalie de parachute. Dans la foulée, SpaceX a présenté en images les derniers tests de sa navette Crew Dragon, attendue de pied ferme par la NASA.

[Vidéo] Boeing et SpaceX testent les parachutes de leurs capsules spatiales
Les parachutes de la capsule CST-100 Starliner de Boeing ont été testés dans le désert du Nouveau-Mexique.
© NASA TV

La capsule spatiale de SpaceX a tendance à éclipser celle de Boeing. Pourtant, le constructeur aéronautique travaille aussi au développement d’une navette pour transporter les astronautes vers la Station spatiale internationale (ISS). Lundi 4 novembre, le groupe américain a annoncé la réussite d’un test crucial pour sa capsule CST-100 Starliner. Il s’agissait aussi du premier test en vol mené avec cet appareil.

La NASA compte beaucoup sur le bon développement du CST-100 Starliner et de la capsule spatiale de SpaceX, le Crew Dragon, deux programmes retardés. Faute de navette Made in USA, l’agence spatiale américaine doit transporter ses astronautes dans des fusées russes et chaque ticket coûte 82 millions de dollars.

Anomalie de parachute lors du test

Lundi 4 novembre, Boeing a mené un test d’éjection d’urgence sur le CST-100 Starliner dans une base militaire à White Sands (Nouveau-Mexique, États-Unis). Ce type d’essai vise à simuler une situation d’urgence où la capsule doit se séparer de sa fusée pour retourner sur Terre et ramener sains et saufs ses passagers.

En temps normal, la navette est donc positionnée au sommet d’un lanceur. Ici, le test de quelques minutes a été effectué sans fusée et la capsule s’est élevée dans le ciel grâce à ses moteurs d’urgence et plusieurs propulseurs qui servent d’habitude à manoeuvrer la navette en orbite.

Après avoir atteint une altitude de 1 371 mètres et après 34 secondes d’envol, le module de service s’est séparé du module d’équipage et le CST-100 Starliner a pivoté. Deux de ses parachutes principaux se sont déployés puis ses airbags se sont gonflés pour amortir la chute.

Boeing a constaté ici une anomalie : normalement trois parachutes doivent être déployés. L’entreprise américaine indique aussi que deux parachutes suffisent à assurer la sécurité de l’équipage. “Nous examinerons les données pour déterminer comment l’ensemble des systèmes ont fonctionné”, ajoute le constructeur.

Un test en vol orbital sans équipage est programmé mardi 17 décembre avec une fusée United Launch Alliance Atlas V depuis une base militaire du cap Canaveral en Floride (États-Unis) et vers l’ISS. À terme, le Starliner doit devenir la première capsule américaine capable de ré-atterrir sur terre ferme au lieu de l’océan et elle devrait être réutilisable jusqu’à 10 fois.

SpaceX rapporte des tests fructueux

Mardi 5 novembre, un jour après le test de Boeing, SpaceX a partagé ses propres progrès sur les essais des parachutes de la capsule Crew Dragon. L’entreprise fondée par Elon Musk a précisé qu’elle avait réussi 13 tests des parachutes modifiés.

“Le test le plus récent a démontré la capacité du système de parachute à poser le vaisseau en toute sécurité dans le cas peu probable où l’un des quatre parachutes principaux présenterait une défaillance”, a poursuivi SpaceX. Le premier vol habité de Crew Dragon devrait avoir lieu début 2020.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte