[Vidéo] Arianespace lancera Biomass, le prochain satellite de l’Agence spatiale européenne pour lutter contre la déforestation

La septième mission d’observation de la Terre de l’Agence spatiale européenne (ESA), baptisée Biomass, aura pour objectif d’observer l’état des forêts et leur évolution. Le lancement du satellite a été confié au français Arianespace le 28 octobre.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[Vidéo] Arianespace lancera Biomass, le prochain satellite de l’Agence spatiale européenne pour lutter contre la déforestation
Photo satellite de la déforestation en Bolivie.

Cocorico ! Le lanceur spatial français d'Arianespace aura la charge de mettre en orbite le prochain satellite issu du programme d’exploration de la Terre de l’Agence spatiale européenne (ESA), a-t-il été annoncé lundi 28 octobre. Septième mission de son programme "Earth Explorer", le satellite Biomass doit étudier le cycle de vie des forêts tropicales, leur dynamisme et leur rôle essentiel dans le cycle du carbone.

Mesurer la biomasse avec une résolution de 200 mètres

Le satellite doit s’envoler en 2022, à bord du lanceur Vega d’Arianespace, pour atteindre l’altitude de 666 kilomètres, d’où il pourra mesurer la biomasse avec une résolution de 200 mètres. Biomass doit fournir une cartographie de la quantité de carbone stockée dans les forêts des milieux tropicaux, son évolution dans le temps (la mission qui devrait durer cinq ans pourrait observer jusqu’à 8 cycles de croissance) et la perte d’absorption du dioxyde de carbone générée par la déforestation.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Il pourra également visualiser les troncs à travers la canopée, où est stockée l’essentiel de la biomasse, et réaliser par "topographie" une cartographie de l’habitat et des sols, où se situe une partie de la biodiversité. Enfin, par "tomographie", Biomass fournira une carte 3D des forêts.

Earth Explorer, 10 missions au service de la compréhension du système Terre

Le programme "Earth Explorer" a commencé en 2009 avec le satellite GOCE (pour Gravity field and steady-state Ocean Circulation Explorer). Cette première mission s’attache à étudier la gravité et ses effets sur la circulation des courants océaniques.

GOCE, premier satellite ESA du programme Earth Explorer. Crédit : Medialab ESA / AOES

En 2009 toujours, SMOS (Soil Moisture and Ocean Salinity), baptisée "la mission eau", doit mesurer l’humidité des sols et la salinité des océans.

En 2010, la mission CryoSat mesure les variations de l’épaisseur de glace flottante sur les océans et sur les vastes étendues qui recouvrent le Groenland et l'Antarctique.

(CryoSat surveille la fonte des glaces. Crédit : Medialab ESA / AOES)

En 2013, Swarm, composé de trois satellites, permet à l’aide de technologies de pointe de comprendre les processus à l’origine de la dynamo de la Terre (les champs magnétiques de la Terre) qui semble s’affaiblir.

Le satellite en trois parties SWARM - Crédit : Medialab ESA / AOES

En 2018, Aeolus, la mission éolienne de l’ESA, est lancée. Son but : dresser une cartographie des vents, observer leurs profils afin d’affiner les prévisions météorologiques.

Une mission avec le Japon

Earth Care doit être lancée en 2022. Cette mission conjointe de l'Europe et du Japon doit permettre d’améliorer la représentation du bilan radiatif de la Terre (énergie reçue et perdue dans le système climatique terrestre) afin de les intégrer dans des prévisions climatiques et météorologiques numériques.

(Earth Care doit permettre d'améliorer les connaissances sur le bilan radiatif de la Terre. Crédit : Medialab ESA / AOES)

Les autres missions à venir

Les trois dernières missions n’ont pas encore de date prévue. FLEX (Fluorescence Explorer), la mission phytosanitaire, se penchera sur la santé des plantes et sur la manière dont les échanges de carbone s’effectuent entre les plantes et l’atmosphère.

La mission FORUM sera affectée à une amélioration de nos modèles climatiques, en mesurant notamment une partie des spectres infrarouges (ondes longues) qui constituent la moitié de l’énergie infrarouge sortant de la Terre et qui n’a jamais été mesurée. Cela permettra d’affiner le bilan radiatif de la Terre.

La dernière mission, Earth Explorer 10, n'a pas encore été définie. En septembre 2018, trois missions candidates ont été retenues : Stereoid, Daedalus et G-Class qui ont été choisies pour participer à une étude de pré-faisabilité.

0 Commentaire

[Vidéo] Arianespace lancera Biomass, le prochain satellite de l’Agence spatiale européenne pour lutter contre la déforestation

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS