Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

[Vidéo] Ariane 5 envoie en orbite quatre nouveaux satellites de Galileo

Aurélie M'Bida , ,

Publié le , mis à jour le 13/12/2017 À 07H42

Vidéo L'Europe s'affranchit encore un peu plus du GPS américain avec une nouvelle étape majeur dans son projet de "GPS européen". Dans la soirée de mardi 12 décembre, quatre satellites supplémentaires ont rejoint la constellation Galileo qui sera pleinement opérationnelle en 2020.

[Vidéo] Ariane 5 envoie en orbite quatre nouveaux satellites de Galileo
Quatre nouveaux satellites de la constellation Galileo ont été lancés depuis Kourou (Guyane) mardi 12 décembre à 19h36 heure de Paris à l'aide d'une fusée Ariane 5 ES.
© Twitter/ESA/DR

Dernier lancement de l'année, et non des moindres. Mardi 12 décembre à 19h36 heure de Paris (15h36 heure de Kourou), une fusée Ariane 5 a décollé depuis le Centre spatial guyanais pour mettre sur orbite quatre nouveaux satellites de la constellation Galileo. Cette mission est réalisée pour la Commission européenne dans le cadre d’un contrat avec l’Agence spatiale européenne (ESA), précise Arianespace dans un communiqué. Elle a pour objectif d'offrir une alternative aux systèmes existants - le GPS américain, le Glonass russe, le Beidou/Compass chinois - pour garantir l'autonomie de l'Union européenne dans le domaine stratégique de la radionavigation.

Il s'agit du deuxième déploiement du système de navigation européen Galileo effectué par une fusée Ariane 5 ES. "A l’issue de ce vol 22 satellites Galileo auront été mis en orbite par Arianespace avec des lanceurs Soyouz et Ariane 5", souligne le lanceur. Au programme pour la suite : une dernière Ariane 5 ES déploiera quatre satellites supplémentaires de la constellation Galileo en 2018. Puis Ariane 6 prendra le relais à l’horizon 2020-2021, avec deux premiers lancements contractualisés en septembre 2017 par l’Esa pour le compte de la Commission européenne.

Le GPS européen 100% opérationnel pour 2020

Le programme Galileo, lancé par l'Union européenne en 1999, est une constellation devant atteindre 27 satellites actifs (et 3 en réserve) en orbite, à plus de 23 000 kilomètres d'altitude. Il permet déjà à l’Europe (et ce depuis décembre 2016) de disposer de son propre système de navigation par satellites extrêmement précis, fiable et sécurisé, estime le Centre national d'études spatiales (Cnes). Les quatre nouveaux satellites qui vont être lancé mardi soir, d’une masse légèrement supérieure à 700 kg chacun amélioreront encore la performance de la constellation. "Leurs signaux seront compatibles et interopérables avec les autres systèmes de navigation par satellites mais l’un des atouts majeurs de Galileo sera sa précision, voisine du mètre, avant que des systèmes de traitement supplémentaires n’affinent encore ce paramètre", précise un communiqué du Cnes.

Avec 30 satellites en orbite en 2020, Galileo sera complet. Il offrira un service ouvert et gratuit au grand public: navigation par satellite gratuite pour les civils ; offres payantes à haute valeur ajoutée (précision centimétrique, authentification...), service sécurisé pour les transports aérien, maritime et terrestre ; service public réglementé (services d’urgence, transport de matières dangereuses, forces de l'ordre etc.) ; service de recherche et de secours. La constellation spatiale est complétée par une vingtaine de stations au sol réparties autour du globe. Le projet aura coûté au total 10,5 milliards d'euros à l'Europe: 3,5 milliards pour la phase initiale (2008-2013) et 7 milliards pour la phase actuellement en cours (2014-2020). On présente souvent Galileo comme le GPS européen, même s'il existe de véritable différences liées au fait que Galileo sera plus abouti (âge, précision, contrôle civil versus militaire aux Etats-Unis…).

La mission du 12 décembre expliquée par l'Esa

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

18/12/2017 - 19h34 -

CALCUL DU PROFIL DE LA TUYERE D'UN REACTEUR D'UN VAISSEAU SPATIAL 1. Si les Réacteurs sont du type conventionnel et fonctionnent avec du carburant classique, qui est utilisé entre autre pour les fusées Ariane 5 et Ariane 6 à partir de 2020 pour cette dernière, les Réacteurs possèderont une Tuyère de Laval dont le profil sera calculé grâce aux 2 Principes de la Thermodynamique, le mélange Air Carburant sera assimilé à un Gaz Parfait, donc nous pouvons écrire les équations suivantes : - Pv = rT (1) avec P la pression du mélange qui est variable selon le point où nous nous plaçons le long de l’axe de la tuyère, v le volume massique du mélange air carburant, r la Constante Massique du Gaz Parfait utilisé pour la combustion du mélange, et T la Température du mélange exprimée en degrés Kelvin, soient T(K) et T(C), cette dernière étant exprimée en degrés Celcius, nous pouvons écrire la seconde équation ; - T(C) = T(K) - 273 (2) Premier Principe de la Thermodynamique : - dE + dK = &We + &Qe (3
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle