Viande de cheval : vers une deuxième série de tests au niveau européen

Le commissaire européen en charge de la Santé, Tonio Borg, n'exclue pas de procéder à une deuxième série de tests sur la viande de boeuf à l'échelle européenne, les résultats de la première salve de tests n'ayant pas été totalement concluants selon lui.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Viande de cheval : vers une deuxième série de tests au niveau européen

Une deuxième série de tests pour constater les améliorations. En s'apprêtant à lancer une deuxième série de tests sur la viande de boeuf européenne, le commissaire Tonio Borg cherche à voir si les pourcentages de phénylbutazone, un anti-inflammatoire prescrit aux chevaux mais interdit dans l'alimentation humaine, ont baissé depuis la première salve de tests menés en avril.

Lors de ces tests, 0,5% des carcasses de cheval testées contenait du phénylbutazone, et un produit alimentaire sur 20 contrôlés en Europe, contenait de la viande de cheval.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

La Commission européenne peur recommander mais pas ordonner les tests

Ces chiffres sont "bas, mais j'aurais préféré qu'ils soient plus faibles encore. C'est pourquoi je n'exclus pas une deuxième série de tests", a confié Tonio Borg lors d'une rencontre avec des journalistes, comme le rapporte l'AFP.

"Il s'agit aussi de voir si après ces premiers tests, ces pourcentages ont évolué à la baisse ou pas", a-t-il ajouté. "Je suis personnellement favorable à une deuxième série de tests", a-t-il poursuivi.

Seon lui, la Commission européenne est en capacité de "recommander" une deuxième série de tests, mais "pas les ordonner". Le commissaire à la Santé entend d'ailleurs demander à la Commission "d'étendre la portée du RASFF à la lutte contre la fraude alimentaire", un dispositif d'alerte européen qui permet l'échange d'informations entre Etats membres lorsqu'un risque pour la santé humaine est détecté, lié aux denrées alimentaires ou aux aliments pour animaux.

Après les premiers tests, le taux de viande de boeuf contaminée à la viande de cheval s'était avéré bien plus élevé en France que dans l'ensemble de l'Union européenne, avec près de trois fois plus de viande touchée.

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUR LE MÊME SUJET
NEWSLETTER Agroalimentaire
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS