Viande de cheval : Spanghero se voit retirer son agrément sanitaire

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll vient d'annoncer des sanctions à effet immédiat à l'encontre de l'entreprise de l'Aude.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Viande de cheval : Spanghero se voit retirer son agrément sanitaire

L'entreprise Spanghero, soupçonnée d'avoir utilisé de la viande de cheval en lieu et place de viande de boeuf dans des plats préparés destinés à la grande consommation, perd le 14 février son agrément sanitaire qui lui permet de traiter de la viande sur décision du ministère de l'Agriculture.

Lors d'une conférence de presse organisée suite au scandale de la viande de cheval pour délivrer les conclusions des investigations de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), le ministre Stéphane Le Foll a également annoncé qu'une brigade nationale de vétérinaires va être envoyée dans les locaux de l'entreprise située à Castelnaudary (Aude) pour poursuivre les investigations et expertises nécessaires, rapporte l'AFP.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Les résultats sont attendus pour la semaine prochaine. Le ministre pourrait alors décider d'un retrait d'agrément sanitaire définitif à l'encontre de Spanghero, filiale de la coopérative basque Lur Berri.

Un peu plus tôt dans la journée, Spanghero s'est fendu d'un communiqué pour rappeler "n’avoir commandé, réceptionné et revendu que de la viande réputée être de la viande de bœuf dûment étiquetée conformément à la réglementation européenne et française". Elle affirme, document à l'appui, n'avoir réceptionné que de la viande étiquetée "avec la mention BF 90/10 sur les fiches palettes", une viande de boeuf avec une teneur en matière grasse de 10 %.

La nuance est dans l'expression "dûment étiquetée", car Spanghero affirme avoir noté, sur la facture de son fournisseur, un code à 8 chiffres "qui ne figurent usuellement pas sur les factures" et qu'il a simplement pris pour un "code article intra-entreprise". Ce code était en réalité une nomenclature douanière non identifiée par Spanghero (en l'absence du terme exact "nomenclature" selon eux), et plus précisément le code douanier qui correspond à la viande chevaline.

Elodie Vallerey

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUR LE MÊME SUJET
NEWSLETTER Agroalimentaire
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS