Vers une embellie pour Eramet

Le champion français du nickel et du manganèse annonce une légère amélioration de ses résultats.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Vers une embellie pour Eramet

Le sixième producteur mondial de nickel vient d’annoncer une légère amélioration de ses résultats pour le troisième trimestre 2009. Malgré la baisse saisonnière de l'activité alliages, le redressement des conditions du marché pour le nickel et le manganèse ont permis un léger redressement de son chiffre d’affaires consolidé à 637 millions d’euros, contre 628 au trimestre précédent, indique Eramet dans un communiqué. Ce chiffre est toutefois en chute de 40% par rapport au troisième trimestre 2009, alors que le recul pour les 9 premiers mois de l’année est de 40%.

« Une certaine amélioration s'est dessinée au troisième trimestre sur les marchés du nickel et du manganèse par rapport aux niveaux très bas atteints au premier semestre », a souligné le P-DG d'Eramet Patrick Buffet, dans un communiqué. Les marchés des deux non-ferreux ont été soutenus par les plans de relance et des ajustements de stocks, explique le groupe, craignant cependant que « les perspectives de reprise économique ne demeurent incertaines, sauf en Chine ». Pour faire face à la chute de la demande Eramet a réitéré son intention de réduire en 2009 ses coûts de 140 millions d'euros et de ramener ses investissements industriels à 336 millions en 2009.

Comptant ajuster son offre de nickel et de manganèse à la demande, Eramet a relevé son objectif de résultat opérationnel courant au second semestre, qui devrait retourner à l’équilibre. « Sauf évolution majeure de ses principaux marchés », souligne prudemment le groupe.

La branche manganèse a vu ses ventes progresser de 17% au troisième trimestre par rapport au trimestre précédent, à 324 millions d’euros. En baisse de 50% sur un an, son chiffre d’affaires profite actuellement du rebond de la production sidérurgique. Stables, ses ventes de nickel ont baissé de 7% sur un an et se maintiennent à 155 millions d’euros au troisième trimestre. La baisse des cours a été en partie compensée par la hausse de l’euro vis-à-vis du dollar, note le groupe qui précise que son usine néocalédonienne de Doniambo, le plus important site de ferronickel du monde, tourne à 80% de ses capacités. La branche alliages a subi une sensible baisse saisonnière de son activité avec un recul de 21% de son chiffre d’affaires sur un trimestre à 157 millions d’euros.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS