L'Usine Matières premières

Vers une baisse contenue de la production de soja en 2015-16

Franck Stassi

Publié le

La production de soja pourrait reculer au cours de la campagne 2015-16, une première en quatre ans. La Chine, premier importateur mondial, fait la pluie et le beau temps sur ce marché.

D’après le Conseil international des céréales (IGC), l’envolée de la production de soja enregistrée ces dernières années (+18% entre 2012-13 et 2014-15) devrait connaître un coup d’arrêt. Pour la première fois en quatre campagnes, les récoltes reculeraient de 1% entre les campagnes 2014-15 et 2015-16, à 319 Mt. Cette baisse ne devrait pas pour autant affecter le marché : la consommation resterait toujours inférieure à la production (317 Mt), tandis que les stocks de report (49 Mt) s’apprécieraient de nouveau d’une campagne à l’autre.

Prévisions du Conseil international des céréales (en Mt) - 29 octobre 2015
  2014-15 2015-16
Production 321 319
Commerce 125 126
Consommation 306 317

 

Premier importateur mondial de soja, la Chine joue un rôle clef sur ce marché. Les échanges mondiaux resteraient stables entre les campagnes 2014-15 et 2015-16, à 126 Mt. "Une modeste hausse des importations de la Chine compenserait des baisses de commandes d’autres pays. Bien que la situation économique et le climat financier soient incertains, la Chine a poursuivi sa politique de dévaluation de la monnaie, qui pourrait améliorer la compétitivité des exportations brésiliennes, dépassant largement celle des Etats-Unis", explique l’IGC.

L’analyste en charge de l’agriculture et de l’agroalimentaire de la banque néerlandaise ABN Amro, Frank Rijkers, met lui aussi en évidence les conséquences des soubresauts économiques chinois sur le marché du soja. "Les prix des graines de soja se sont stabilisés, mais à un plus faible niveau qu'avant le refroidissement de l'économie chinoise", rappelle-t-il.  L’effondrement des indices phares des bourses de Shanghai et de Shenzen, cet été, a mis un coup de projecteur sur le poids pris par la Chine dans l’univers des matières premières. "Cet accident a alimenté les craintes d'une stagnation de l’économie chinoise, qui a davantage accentué la pression sur les cours des matières premières sur les marchés internationaux", indique-t-il.

Franck Stassi

La production céréalière mondiale diminuerait légèrement cette année

1999 millions de tonnes (Mt) seraient produites au cours de la campagne 2015-16, en recul de 1,3% par rapport à la campagne précédente. Entre septembre et octobre, l’organisme a revu à la hausse ses prévisions de production pour l’ensemble des céréales et, plus spécifiquement, le maïs et le soja. "Les estimations de récoltes de maïs sont plus importantes qu'auparavant, y compris aux États-Unis, tandis que de meilleurs résultats que prévu au Canada et dans l’Union européenne contribuent à relever les chiffres pour l'orge. La récolte de blé devrait encore atteindre un nouveau record", commente l’IGC.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte