Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

Vers un rebond des fusions-acquisitions dans les mines et métaux

Franck Stassi , , , ,

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Entretien La reprise pointe le bout de son nez dans l’univers des mines et métaux. D’après le cabinet EY, le nombre de fusions-acquisitions s’est apprécié de 33% entre 2015 et 2016, à 477 transactions l'an dernier, alors que leur nombre était en recul constant depuis 2010. En revanche, les montants des opérations restent à des niveaux bas par rapport à ceux constatés lors du "super-cycle", une conjonction d’une forte demande chinoise et d’une offre limitée de métaux durant la première décennie des années 2000. Après plusieurs années de vaches maigres, des gains de productivité et la digitalisation accrue des entreprises permettent aujourd’hui aux miniers de repartir de l’avant, explique Christian Mion, expert mines et métaux et associé chez EY.

Vers un rebond des fusions-acquisitions dans les mines et métaux © Rio Tinto

L’Usine Nouvelle - Pour quelles raisons le secteur reprend-il des couleurs ?

Christian Mion - En 2015, les sociétés minières les plus importantes ont accumulé environ 30 à 40 milliards de pertes, tandis qu'en 2016 elles ont réalisé de 15 à 20 milliards de bénéfices. La grande tendance est à l’amélioration des outils de production. Cette différence d’environ 50 milliards de dollars résulte, d’une part, de grands efforts entrepris sur la productivité, qui ont permis de baisser de façon significative les prix de revient, et, d’autre part, de quelques embellies, mais non générales. Quelques tensions ont été ressenties sur le charbon et le zinc. Le nickel quant à lui est remonté un peu…

Comment s’est déroulée cette période ?

Il faut remonter à fin 2013, début 2014, à la fin du "super-cycle", avec la chute des prix vertigineuse sur le marché. Depuis, on a externalisé les matières non-rentables pour les groupes en général: Anglo American a cédé des périmètres miniers[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle