Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Vers un rapprochement PSA-Chevrolet

Pauline Ducamp , , , ,

Publié le

Exclusif Tout le monde pensait que l’alliance entre PSA et General Motors (GM) entraînerait un rapprochement du constructeur français avec l’Allemand Opel. En fait, c’est sur les synergies avec la marque américaine Chevrolet que les groupes de travail sont en train de plancher.

Vers un rapprochement PSA-Chevrolet

Sommaire du dossier

Depuis l’annonce de l’alliance entre PSA et General Motors en février dernier, les analystes et spécialistes du secteur auto se creusent la tête pour imaginer quelles synergies les deux constructeurs pourraient développer. Tout le monde a fait un peu trop vite le rapprochement entre PSA et la filiale européenne de GM, l’Allemand Opel.

Depuis plusieurs semaines, c’est un tout autre scénario qu’écriraient les groupes de travail mis en place par les deux constructeurs. La marque Opel ne ferait pas partie du périmètre de l’Alliance, ou à la marge. Selon des sources proches du dossier, PSA développerait de futures plateformes avec General Motors et sa marque globale, Chevrolet. PSA se concentrerait sur les petits modèles, Chevrolet sur les berlines et les SUV.

Un allié américain, pas un sauveur

Une collaboration avec Chevrolet serait a priori une bonne nouvelle pour PSA. Avec son implantation mondiale, l’Américain lui assurerait des volumes de production conséquents, ce qui lui permettrait sans doute de régler une partie ses problèmes financiers. Chevrolet complèterait aussi avantageusement le positionnement géographique de PSA.

Les plateformes estampillées GM Monde sont en effet réputées. Mais le détail de ce partenariat reste encore très flou. Les groupes de travail ne rendront leurs conclusions que fin octobre et les négociations seraient actuellement très tendues. Or l’avenir des usines d’assemblage de PSA, notamment celle de Rennes-La Janais, en Bretagne, serait étroitement lié à l’issue de ces tractations.

La fin pour Opel ?

Qu’en est-il pour Opel ? Ses usines allemandes devraient logiquement être intégrées au schéma industriel PSA-GM, mais l’avenir de la marque n’est pas assuré. Depuis la crise de 2008, General Motors traine Opel comme un poids mort.

Pertes financières, positionnement marketing hésitant, le constructeur allemand voit ses parts de marché reculer semestre après semestre. Au contraire, les chiffres de Chevrolet s’envolent en Chine, au Brésil et maintenant en Europe.

L’année dernière, les ventes de la marque au nœud papillon ont progressé de 14%. Et GM s’est lancé il y a quatre ou cinq ans à la conquête du Vieux Continent, taillant des croupières aux généralistes européens (dont PSA).

Sa recette : des modèles à l’image populaire, robustes et rentabilisés car produits à grande échelle à partir de plateformes plus qu’amorties financièrement. GM va-t-il se détacher d’Opel au profit de Chevrolet ? Réponse fin octobre, quand les groupes de travail franco-américains rendront leurs conclusions.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle