Quotidien des Usines

Vers un plan de sauvegarde de l'emploi de 108 postes chez Schneider Electric à Fabrègues, dans l’Hérault

, , , ,

Publié le

Lors d’un comité central d’entreprise le 16 octobre, Schneider Electric Energy France a indiqué ne vouloir garder que 58 des 166 postes du site de Fabrègues (Hérault), qui produit des postes de transformation. L’atelier de 35 postes de Saint-Soupplets (Seine-et-Marne), qui lui est lié, sera fermé.

Vers un plan de sauvegarde de l'emploi de 108 postes chez Schneider Electric à Fabrègues, dans l’Hérault © DR

"Nous nous attendions à des dégâts, voire à la fermeture de Saint-Soupplets, mais pas à autant de casse sur le site de Fabrègues", assure à Usinenouvelle.com Alain Vittoz, délégué syndical CGT, au lendemain du comité central d’entreprise de Schneider Electric marqué par l’annonce de la suppression de 108 postes à Fabrègues (Hérault) et de la fermeture de l’atelier de Saint Soupplets (35 postes) en Seine-et-Marne.

Le site héraultais ne conserverait que 58 postes, destinés à la production de la nouvelle gamme de transformateurs métalliques. "Le site perd toute l’activité ‘béton’, transférée vers d’autres usines françaises, qui vont fabriquer notre gamme, on se sent volés", lance le délégué syndical. Le plan de sauvegarde de l'emploi doit être bouclé en mars 2015 et la prochaine réunion aura lieu le 23 octobre à Paris. "La direction parle d’une ‘solution’ pour tout le personnel, en France."

Elle a fait part de l’ouverture de 30 postes sur les sites de Saint-Alban Leysse (20 postes) et Montoire (10 postes).

Fermeture et restructuration

Ce vendredi, le site héraultais était sous le choc : une réunion du comité d’entreprise a été suivie d’une adresse du directeur du site au personnel puis d’une prise de parole des syndicats. "Nous n’allons pas lancer d’appel à la grève [une grève avait eu lieu en avril 2014 à propos de revendications salariales, Ndlr] ou mener des actions coup d’éclat, affirme Alain Vittoz, mais nous contactons les élus, les médias... Nous annoncions cette situation depuis le rachat des sites Areva D par Schneider Electric en 2010. Pendant trois ans, l’accord interdisait d’y toucher. À la date anniversaire a été faite l’annonce de la fermeture du site de La Pompignane. Aujourd’hui, c’est Fabrègues et je vous prédis que Lattes sera le prochain... L’annonce est faite peu à peu, pour ne pas se mettre tout le sud à dos..."

Schneider Electric avait annoncé début 2013 la fermeture du site de La Pompignane de Montpellier (une centaine de postes) pour la fin 2014. "Aujourd’hui, c’est pratiquement fini, n’y restent même pas dix personnes."

Schneider Electric possède encore deux sites importants dans l’Hérault, à Lattes : l’un, d’une centaine de salariés, fabrique des ampoules à vide et le second, fort de 300 personnes, est spécialisé dans la production d’équipements de protection MiCom. "Un transfert à Grenoble vient d’être demandé à 21 cadres."

En 2013, Schneider Electric Energy France (SEEF) a affiché un chiffre d’affaires de 211 millions d’euros (en baisse de 25 %), assorti d’une perte nette de 2,5 millions d’euros, et employait un peu plus de 1 400 personnes.

Sylvie Brouillet

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte