Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Vers un nouveau plan de reprise pour Altis Semiconductor

, ,

Publié le

Social

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

L'intersyndicale d'Altis Semiconductor a été reçue, vendredi midi, par Serge Dassault, sénateur-maire UMP de Corbeil-Essonnes (Essonne) qui lui a confirmé l'existence d'un nouveau plan de reprise de l'entreprise se substituant au projet de rachat par un groupe russe devenu assez hypothétique.

« Si IBM continue de privilégier la piste de la vente aux Russes, Serge Dassault nous a laissé entendre qu'il n'y croit plus - tout comme Infineon - et que, pour passer à un plan B, ils n'attendent plus que l'annonce officielle d'IBM renonçant à essayer de vendre aux Russes, ce qui devrait prendre une quinzaine de jours », a affirmé Frédéric Brunier, secrétaire du comité d'entreprise, à la sortie du rendez-vous. Infineon et IBM, les deux actionnaires d'Altis Semiconductor, doivent se retirer au 31 décembre, plaçant l'entreprise en danger de fermer ses portes si un repreneur n'est pas trouvé d'ici le 30 juin.

Serge Dassault a exposé une solution franco-française pour assurer la survie d'Altis. Elle repose sur une reprise par l'actuelle direction. « IBM et Infineon pourraient vendre leurs parts pour une somme très faible - voire un euro - et la nouvelle structure serait capitalisée à hauteur de 100 millions d'euros. 60 millions proviendraient d'une banque française et le reste viendrait d'un prêt garanti par l'Etat », a-t-on précisé au cabinet du maire de Corbeil-Essonnes.

Un plan social se profilerait malgré tout. « Serge Dassault nous a affirmé que, pour assurer l'avenir d'Altis, il faut absolument baisser les coûts et que, pour cela, une restructuration s'impose », a poursuivi M. Brunier. Selon le cabinet du maire de Corbeil-Essonnes « IBM et Infineon s'engageraient par ailleurs à assurer un plan de charge de production pendant deux ans en fonction des carnets de commandes ». De source syndicale, l'usine Altis  peut produire 1 000 tranches par jour, mais n'en lance quotidiennement que 700.

Une réunion décisive du comité d'entreprise est prévue le 28 avril. « Nous devons faire du 28 avril une journée de mobilisation et une visite chez IBM s'impose », a encore estimé M. Brunier.

En Ile-de-France, Patrick Désavie

L'édition 2008-2009 de « L'ATLAS DES USINES » est en vente. Ce hors-série annuel de « L'Usine Nouvelle » propose le classement de 3 785 sites de production de plus de 85 salariés implantés en France. Il est en vente à notre librairie. Pour le commander en ligne, cliquez ici.

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle