Vers des membres prosthétiques toujours plus humains

Lors de la conférence internationale Humanoids 2020, qui s'est déroulée du 19 au 21 juillet, le chercheur italien Antonio Bicchi a mis en avant l’importance de l’observation des mains humaines pour développer des prothèses aux capacités plus « naturelles ».

Partager
Vers des membres prosthétiques toujours plus humains

S'inspirer de la nature. Telle semble être la méthode de recherche privilégiée de Antonio Bicchi, professeur à l’université de Pise et chercheur à l’Institut italien de Technologie à Gênes, comme il l'a expliqué lors de son intervention à la conférence internationale dédiée à la robotique humanoïde (Humanoids 2020), qui a eu lieu du 19 au 21 juillet. « Lorsque l’on observe la main, on remarque qu’il y a des "patterns" de déplacements précis et une grande adaptabilité. C’est ce que nous voulons appliquer aux mains prosthétiques », a-t-il résumé. Il s'inspire plus précisément d'observation d'actions précises, comme la tentative de prise en main d'un objet holographique.

Davantage de « degrés de liberté » pour les prothèses

Selon lui, l'adaptabilité de la main est permise par leurs « degrés de liberté », à savoir un mouvement pouvant aller dans un sens comme dans l'autre, caractérisé par la présence d'une articulation. Une main humaine dispose ainsi de 24 « degrés de liberté » : 5 pour le pouce, 4 pour les autres doigts, 3 pour le poignet.

Or, lorsque le chercheur italien s’est intéressé à cette question il y a 7-8 ans, les mains artificielles n’atteignaient que rarement 5 « degrés de liberté » sur les 24 d'une main humaine. Aujourd'hui, il a présenté des mains atteignant jusqu’à 21 « degrés de liberté ». « Toutes nos articulations travaillent quand on ouvre un pot de confiture et c’est une action simple, décrit Antonio Bicchi. Un robot ou un membre prosthétique devrait être capable d’en faire autant. »

Cette idée s’étend aux recherches sur des prothèses de l’ensemble du bras, dont le développement permettrait aux amputés de disposer de membres à la motricité quasi-humaine. Pour Antonio Bicchi, « la raison pour laquelle nous souhaitons développer des robots ou membres prosthétiques aux mouvements dits "naturels", c'est avant tout pour les rendre utiles et utilisables par tous. »

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'hebdo de la techno

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles clés de l'innovation technologique

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Auditeur QSE (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 23/06/2022 - CDI - Aix en Provence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

78 - Versailles

Prestations de gardiennage télésurveillance, sûreté, sécurité incendie et filtrage des juridictions judiciaires du ressort

DATE DE REPONSE 10/07/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS