Verre : Schott investit dans ses nouveaux métiers

Le spécialiste européen des verres spéciaux se développe dans l'emballage pharmaceutique et les composants pour l'électroménager.

Partager

Schott, leader européen des verres spéciaux, investit dans sa branche pharmaceutique. Le groupe allemand, réputé pour ses produits d'optique, vient d'acheter à l'américain Corning l'usine de Parkersburg (430salariés) en Virginie, qui fabrique des tubes en verre, destinés notamment aux ampoules pharmaceutiques. Cet achat vient renforcer la division chimie et pharmacie de Schott, un ensemble apparemment hétéroclite qui va des équipements de laboratoires aux verres de thermomètres, en passant par les fioles et les ampoules. mballage pharmaceutique constituent l'un de nos pôles majeurs de développement, affirme Helmut Fahlbusch, président du directoire. Au même titre que l'électroménager dans la branche équipements domestiques. Cette division englobe des pièces de télévision, de la verrerie culinaire et des composants pour l'électroménager. A eux seuls, ces produits représentent déjà le quart du chiffre d'affaires de Schott, fier de la réussite de son plan de cuisson en vitrocéramique Ceran. L'allemand va dépenser 340millions de francs d'ici à1995 pour construire un centre d'essais des plans de cuisson et une nouvelle ligne de céramisation, à Mayence.

L'arrivée de nouveaux concurrents En 1990, la firme avait déjà augmenté les capacités de production du Ceran pour réduire les délais de livraison Le tout pour faire face à un marché en surchauffe: entre 1986 et 1993, les ventes du Ceran ont augmenté de 310%. Producteur unique au monde des plaques de cuisson en vitrocéramique pendant plusieurs années, Schott voit arriver un nouveau concurrent: un joint-venture constitué de Saint-Gobain et de l'américain Corning, qui ne détiennent pour l'instant que quelques pourcents du marché européen. Le groupe se voit plus que jamais contraint de justifier ses prix relativement élevés, au moment où les acheteurs, les fabricants d'électroménager, sont d'autant plus exigeants qu'ils sont de moins en moins nombreux. Le rapprochement du suédois Electrolux et de l'allemand AEG illustre cette tendance. ns les produits blancs affecte nos marges, qui, cependant, restent bonnes, explique un directeur de Schott, Dieter Kappler. Réputé pour ses performances sur des verres de haute technicité, Schott a maintenu ses résultats sur le dernier exercice, malgré une baisse de 3% de son volume d'activité, mais grâce à une réduction des investissements, ramenés à 7% du chiffre d'affaires, contre 10% en moyenne. Cette réussite honorable masque des disparités. L'industriel a perdu beaucoup d'argent en 1992-1993 dans son activité télévision, qui s'améliore cette année. Autre sujet d'inquiétude: la division optique, victime désignée de la concurrence japonaise et de la baisse des budgets militaires. Ce métier historique verra sa part diminuer dans le groupe. Mais Schott, très attaché à son passé et fier d'appartenir depuis cent ans à la Fondation Carl-Zeiss, veille à ce qu'aucun changement brutal de stratégie ne ternisse son image de verrier.



USINE NOUVELLE - N°2448 -

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS