Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Vergnet sauvé par l'ancien patron de la Banque postale

, , , ,

Publié le

Vergnet, seul fabricant français d'éoliennes, est repris par le holding Arum, contrôlé par Patrick Werner, ancien dirigeant de la Banque postale. Le repreneur conserve les 140 emplois.

Vergnet sauvé par l'ancien patron de la Banque postale
Parc éolien Vergnet en Ethiopie
© Vergnet

Vergnet change de mains. Le tribunal de commerce d'Orléans a validé jeudi 30 novembre 2017 le dossier de reprise d'Arum, holding financier contrôlé par Patrick Werner ancien dirigeant de la Banque postale, pour prendre les commandes de ce fabricant d'éoliennes basé à Ormes (Loiret). Au terme du jugement, Arum conserve 140 salariés, dont 110 au siège social. Les repreneurs s'engagent à ne pas déclencher de plan social pendant deux ans. Les nouveaux actionnaires ont rendez-vous chez le juge dès le 24 janvier 2018 pour valider le plan de continuation.

Arum a convaincu le tribunal car il promet un investissement d'1,5 million d'euros. Le nouvel actionnaire reprend les parts du précédent, le fonds Nass and Wind, contrôlé par Bpifrance pour 1 euro symbolique.

Patrick Werner, connu pour avoir dirigé la Banque Postale, s'est associé à Krief group, qui avait repris et revendu l'entreprise textile DMC l'an passé. Ils prennent chacun 30% de la société Vergnet. Les deux autres associés sont l'américain Gem capital et PR Sun.

Priorité à la recapitalisation

La solution d'Arum était challengée par celle d'une entreprise belge, et surtout par l'aixois Global Ecopower, qui avait la faveur des salariés. Le juge consulaire en a décidé autrement en considérant la recapitalisation de la société comme prioritaire.

Vergnet est le dernier fabricant français d'éoliennes, spécialisé dans les machines de petite et moyenne puissance et les systèmes mixtes, intégrant du solaire par exemple. Il est surtout présent en grand export, et dans des zones à haut risque au sens du crédit bancaire, comme le Tchad, le Nigéria, l'Angola et l'Ethiopie (photo).

Bien qu'ayant engrangé 30 millions d'euros de commandes au premier semestre, l'entreprise ne parvenait pas à lever de la dette pour financer ces chantiers soumis à des retards. Vergnet a réalisé 22,8 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2016, assorti d'une perte nette de 4,9 millions d'euros.

Stéphane Frachet

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

  • VERGNET à ORMES (45140)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus