Verdict européen en demi-teinte pour le Multaq de Sanofi

Si l'Agence européenne du médicament a décidé de maintenir le traitement de Sanofi prescrit dans les troubles du rythme cardiaque, elle en restreint largement les indications. Malgré tout, le laboratoire est soulagé.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Verdict européen en demi-teinte pour le Multaq de Sanofi

Un benefice risqué toujours positif, mais pour un nombre d'indications limitées : c'est un verdict en demi-teinte qu'a rendu ce jeudi 22 septembre l'Agence Européenne du Médicament (EMA), à propos du Multaq. L'EMA, tout comme son homologue américaine (FDA), avait décidé d'examiner le risque cardio-vasculaire de ce médicament de Sanofi, prescrit dans les troubles du rythme cardiaque, après la survenue de deux cas d'insuffisance hépatique aiguë chez des patients sous traitement.

Menacé d'être retiré du marché, le médicament sera donc maintenu en Europe. Mais seulement en dernier recours. Pour limiter les risques cardiaques ou d'impact sur le foie ou les poumons, il ne pourra plus être administré aux patients ayant un épisode ou des antécédents d'insuffisance cardiaque, ou souffrant d'un dysfonctionnement systolique ventriculaire gauche ou aux patients. L'EMA conseille également à tous les patients de voir leur traitement évalué par leur médecin.

Commercialisé dans plus de 37 pays

Chez Sanofi, on préfère voir la nouvelle du bon côté de la lorgnette, en se réjouissant que "l'Agence européenne du médicament (EMA) confirme le bénéfice-risque positif de Multaq". Pas question de parler de restriction d'indication : c'est à une "actualisation de la notice européenne pour garantir le bon usage" du médicament que le laboratoire fait référence.

Avantage pour Sanofi, la faiblesse des alternatives thérapeutiques a beaucoup joué dans le maintien de ce traitement sur le marché. Même s'il n'a pas été le blockbuster espéré, le Multaq est commercialisé dans plus de 37 pays, et a été prescrit à plus de 440 000 patients à ce jour. Reste à savoir quelle sera la réaction de la France, où le traitement est en voie d'être déremboursé, une décision soutenue par le ministre de la Santé.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Santé
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS