Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Veolia vise 1,5 milliard de dollars dans le secteur minier en 2020

Ludovic Dupin , ,

Publié le

Confronté à des stress hydriques et à des réglementations environnementales de plus en plus exigeantes, les sociétés minières sont forcées de faire appel à des sociétés spécialistes de l’environnement, comme Veolia.

Veolia vise 1,5 milliard de dollars dans le secteur minier en 2020

Depuis la réorganisation de ses activités en 2013, Veolia a créé une branche "secteur minier et métallurgie". Pour Antoine Frérot, PDG du groupe, cette activité démarrée il y a moins de trois ans est l’un des relais de croissance du groupe. Elle est portée par le fait que "l’obtention ou l’extension des permis miniers nécessite de plus en plus d’apporter la preuve qu’on ne va pas polluer et qu’on ne prélèvera pas trop dans les ressources naturelles".

Ainsi, il y a un travail sur la dépollution des terres, le traitement de l’eau et le recyclage. Pas question pour le leader mondial des services à l’environnement de faire l’impasse sur ce secteur où "il n’y a pas de compétiteurs au monde capable de s’aligner sur le même portefeuille de produits", affirme Christopher Howell, directeur marchés mines et métaux.

Les mines sont des grosses consommatrices d’eau. C’est même le deuxième secteur industriel en termes d’usage de cette ressource, derrière le secteur de l’énergie. Or 70 % des projets miniers se situent dans des zones en fort stress hydrique où l’accès à l’eau est difficile et coûteux. A titre d’exemple, Vale, l’un des leaders mondiaux, consomme chaque année presque autant d’eau que l’ensemble de la population européenne chaque mois (1800 millions de mètres cubes). Rio Tinto consomme en une année autant d’eau que les chutes du Niagara en déversent chaque mois (1110 millions de mètres cubes).

20 milliards de dollars

Même si elle subit actuellement une petite baisse d’activité, l’industrie minière mondiale affiche un chiffre d’affaires de plus de 700 milliards de dollars. Avec l’accroissement des exigences environnementales, y compris dans les pays émergents, Veolia estime qu’il existera, en 2020, un marché potentiel de 20 milliards d’euros pour les entreprises des services à l’environnement. Veolia vise pour sa part un chiffre d’affaires de 1,5 milliard de dollars, soit 7 à 8 % du marché mondial.

Cet objectif peut paraître modeste, mais il représente une croissance de 15 % par an pour cette activité du groupe français. Par ailleurs, les très gros contrats de référence sont encore plus récents. Par exemple, en 2012, Veolia a été retenu par Iberpotash pour améliorer le rendement d’une mine de potasse en Espagne dans une zone très sèche. Le groupe français traite l’eau salée drainée pour la recycler dans la mine et isoler les résidus solides contenant du chlorure de sodium et du chlorure de potassium. Deux sels qu’une technologie d’évapo-cristalisation permet d’extraire et qui ont été valorisés à hauteur de 45 millions d’euros en 2013. Au final, le site a connu un gain de chiffre d’affaires de 32 %.

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle