Environnement

Veolia se réorganise en profondeur

Publié le

Le 8 juillet, Veolia Environnement a annoncé les détails de sa nouvelle organisation visant à la rendre plus efficace sur les marchés.

Veolia se réorganise en profondeur © DR

Les contours de la nouvelle organisation de Veolia Environnement, annoncée lors de la présentation des résultats financiers du premier trimestre le 3 mai dernier, sont désormais connus.

Afin de renforcer ses activités dans l’industrie, une entité "Entreprises mondiales", dirigée par Jean-Michel Herrewyn, l’ex-directeur général de Veolia Eau, est créée. Elle vise à doper les activités de Veolia dans l’industrie. Veolia compte en effet passer ses revenus venant de l’industrie de 35% actuellement à plus de 50% après 2014. Ils n’étaient que de quelques pourcents il y a encore dix ans. Cette entité regroupe les filiales Veolia Eau Solutions & Technologies, Sarp-Sarpi (déchets dangereux et spéciaux), Sede (traitement et la valorisation des boues d'épuration et des déchets organiques et minéraux), et la Sad (conception, construction et maintenance de réseaux d’eau).

Exit Veolia Eau et Veolia Propreté

Autre gros changement confirmé : exit Veolia Eau et Veolia Propreté. Les divisons sont supprimées ont profit d’une organisation articulée sur neuf zones géographiques (Amérique latine, Asie, Australie-Nouvelle Zélande, Europe centrale et orientale, Europe du Nord, Moyen-Orient Afrique, France Eau et France Propreté) et 32 directeurs Pays. "Les activités eau et déchets sont désormais intégrés au sein de chaque pays", explique Veolia. Par ailleurs, deux divisions voient le jour : "Innovation et marchés" chargée de la R&D et du marketing et "Technique et performance" dont le rôle sera notamment de mettre en place de standards mondiaux et des bonnes pratiques.

Remanié, le Comité exécutif, compte désormais dix membres dont la moitié est issue de l’ex division Eau, ancien fief d’Antoine Frérot qui y exerça le poste de directeur général de 2003 à 2009. François Bertreau, le directeur des opérations, confirme par ailleurs son statut de numéro deux de l’entreprise, les zones géographiques et l’entité "Technique et performance" étant placées sous sa responsabilité. L’ancien président du directoire du transporteur routier Norbert Dentressangle, réputé pour être un homme à poigne, est chargé depuis le 1er décembre de chapeauter la restructuration de l’entreprise (recentrage des activités pour réduire l’endettement, réduction des coûts…).

Camille Chandès

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte