Veolia s'engage à ne pas lancer d'OPA hostile sur Suez... sans le convaincre

Engie doit se prononcer le 5 octobre sur la proposition de Veolia de racheter ses parts dans Suez. Pour tenter de désamorcer la méfiance de son rival, Veolia a apporté des garanties supplémentaires.

Partager
Veolia s'engage à ne pas lancer d'OPA hostile sur Suez... sans le convaincre
Veolia tente depuis un mois de racheter l'essentiel des parts que détient Engie dans Suez. /Photo prise le 28 septembre 2020/REUTERS/Stéphane Mahé

Journée décisive pour Veolia et Suez. Lundi 5 octobre, le conseil d'administration d'Engie doit se prononcer définitivement sur la proposition de Veolia de racheter l'essentiel des parts que l'énergéticien détient dans Suez. Une offre accueillie favorablement par Engie mais considérée comme hostile par Suez.

Veolia "s'engage inconditionnellement"

Le spécialiste de la gestion de l'eau et des déchets s'est engagé à ne pas lancer d'offre publique d'achat (OPA) hostile sur Suez s'il parvient à racheter les parts d'Engie dans le groupe. "Suite aux discussions constructives menées avec le management du groupe Suez depuis le 1er octobre, [...] le groupe Veolia annonce qu'il s'engage inconditionnellement à ne pas déposer d'offre publique d'achat hostile à l'issue de la cession des titres détenus par Engie dans Suez", déclare Veolia dans un communiqué diffusé ce dimanche.

Veolia répond ainsi à l'une des demandes formulées par le conseil d'administration d'Engie en supprimant certaines conditions à la validité de son offre. Veolia avait notamment conditionné sa proposition à la suppression d'une fondation néerlandaise mise en place par Suez pour y loger ses actifs dans l'eau en France, une opération surprise qui a pour effet d'entraver le projet de Veolia.

Un périmètre d'actifs étendu pour Meridiam

Pour tenter de convaincre les autres parties de sa volonté de dialogue, Veolia s'engage également à étendre le périmètre des actifs de Suez qui auraient vocation à être cédés au fonds Meridiam, déjà candidat à la reprise de l'activité Eau en France de Suez. Le périmètre cédé serait ainsi étendu à des actifs d'eau à l'international pour un chiffre d'affaires total de l'ordre de 5 milliards d'euros (incluant les 2,2 milliards d'euros de l'Eau France).

Veolia estime ainsi "apporter la garantie souhaitée par le conseil d'administration d'Engie, en complément du prix proposé et des engagements sociaux forts pris par le groupe, rendant ainsi possible la cession des 29,9 % du capital qu'Engie détient dans Suez". Mercredi 30 septembre, Engie avait accueilli "favorablement" l'offre - revue à la hausse - de Veolia, tout en demandant un délai supplémentaire de cinq jours avant de rendre sa décision finale.

Suez oppose une fin de non recevoir

Suez a toutefois opposé une fin de non recevoir immédiate à ces nouvelles propositions. Dans une lettre adressée au PDG de Veolia Antoine Frérot que Reuters a pu consulter, le président de Suez Philippe Varin déclare que le conseil d'administration de son groupe qui s'est à nouveau réuni ce dimanche 4 octobre considère toujours l'offre de son rival comme hostile.

"Les propositions que tu nous as faites ne reprennent pas l'objectif de logique industrielle", souligne Philippe Varin dans la lettre adressée à Antoine Frérot. Une trêve, souhaitée par Engie et son actionnaire l'État français, ne semble ainsi toujours pas d'actualité, bien que les dirigeants des entreprises concernées se soient vus à quatre reprises depuis jeudi 1er octobre, selon deux sources au fait des discussions.

Le gouvernement note des "progrès" dans les négociations

De son côté, le ministre de l'Économie et des Finances a tout de même souligné des "progrès" dans les négociations entre Veolia et Suez. "Les progrès dans ces discussions montrent qu'un accord est possible entre Veolia et Suez sur la cession de l'actif d'Engie dans Suez dans les prochaines heures", a assuré Bruno Le Maire dimanche 4 octobre. "Nous souhaitons que les deux parties fassent les meilleures efforts pour parvenir a un accord", a-t-il ajouté.

Veolia tente depuis un mois de racheter l'essentiel des parts que détient Engie dans son concurrent français, première étape avant une offre sur l'ensemble du groupe dans le but de constituer un "champion français" du traitement des déchets et de l'eau. Mais le projet suscite une hostilité farouche chez Suez dont le conseil soutient le projet du fonds d'investissement français Ardian de bâtir une offre alternative pour les parts d'Engie dans Suez.

Avec Reuters (Gwénaëlle Barzic, avec Mathieu Rosemain et Sarah White, édité par Tangi Salaün)

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Matières Premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le Mans, capitale du son

Le Mans, capitale du son

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Olivier James nous emmène au Mans pour nous faire découvrir un écosystème surprenant : celui de l'acoustique. En quelques années, la...

Écouter cet épisode

Le design dans le monde d'après

Le design dans le monde d'après

L'ancien secrétaire d'Etat socialiste, Thierry Mandon, est président de la Cité du Design de Saint-Etienne. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il présente la Biennale...

Écouter cet épisode

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Dans ce nouvel épisode de « Demain dans nos assiettes », notre journaliste reçoit Frédéric Wallet. Chercheur à l'Inrae, il est l'auteur de Manger Demain, paru aux...

Écouter cet épisode

La fin du charbon en Moselle

La fin du charbon en Moselle

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Cécile Maillard nous emmène à Saint Avold, en Moselle, dans l'enceinte de l'une des trois dernières centrales à charbon de...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

VILLE DE CALLAC

Technicien des Services Techniques H/F

VILLE DE CALLAC - 31/03/2022 - CDD - CALLAC DE BRETAGNE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

74 - Annecy

Services d'assurances

DATE DE REPONSE 16/06/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS