Crise des Vélib' à Paris : pour JCDecaux, le plus dur est à venir

JCDecaux, qui a exploité pendant dix ans le service parisien de vélos en libre service Vélib' avant de perdre le marché au profit de Smovengo, a estimé ce 8 mars que son successeur n'était pas à la hauteur des enjeux face aux retards accumulés pour son lancement.

Partager
Crise des Vélib' à Paris : pour JCDecaux, le plus dur est à venir
JCDecaux, qui a exploité pendant dix ans le service parisien de vélos en libre service Vélib', a estimé jeudi que son successeur, Smovengo, n'était pas à la hauteur des enjeux face aux retards accumulés pour son lancement. /Photo prise le 8 janvier 2018/REUTERS/Gonzalo Fuentes

Le consortium Smovengo choisi au printemps dernier par le syndicat Autolib’ Vélib’ Métropole aux dépens de JCDecaux, avait promis d'installer 1 400 nouvelles stations (soit 20 000 Vélib) d'ici au 31 mars. Selon les derniers chiffres, 345 stations seulement étaient en service, rendant ce calendrier inatteignable. Face à la polémique et à la colère des usagers du Vélib, la Ville de Paris a annoncé qu'elle allait dépêcher des personnels municipaux pour encadrer le déploiement et le travail du prestataire, une décision rarissime.

"ils ratent le plus facile"

Cette situation ne laisse pas l'ancien exploitant, JCDecaux, indifférent. "Ce que je vois c’est qu’ils ne sont pas à la hauteur des enjeux", a déclaré Jean-Charles Decaux, codirecteur général de JCDecaux, lors d'une conférence de presse pour la présentation des résultats annuels du groupe. "Et en plus ils ratent le plus facile", a souligné le dirigeant, ajoutant que le chantier actuel de Smovengo consistait pour l'essentiel à installer de nouvelles bornes d'attache pour les vélos, les connections ayant déjà été réalisées par JCDecaux. "C’est le reste qui est compliqué. C’est de gérer les vélos, c’est de gérer les abonnés. C’est de répondre aux abonnés qui ne sont pas contents", a-t-il ajouté.

Lorsqu'il avait remporté pour la première fois le contrat en 2007, JCDecaux avait déployé 10 000 vélos en quatre mois et demi alors que toute l'électrification était à faire, a-t-il rappelé, s'étonnant que la PME n'ait conservé lors du transfert aucun des cadres qui travaillaient précédemment pour JCDecaux. "Alors ou ils sont inconscients ou ils sont arrogants mais dans les deux cas c’est particulier", a estimé le dirigeant.

Le groupe familial, qui a dégagé un nouveau chiffre d'affaires record l'an dernier, a engagé un recours devant le tribunal administratif de Paris qui l'a rejeté. Il a ensuite saisi le Conseil d'Etat qui ne s'est pas encore prononcé.

Smovengo, à l'encontre de laquelle des pénalités d'un million d'euros par mois de retard ont été décidées, prévoit désormais de déployer une cinquantaine de stations par semaine au minimum.

Un millier de stations promises pour le printemps

"Notre objectif, compte tenu des retards initiaux liés à la difficulté de la passation entre les deux opérateurs et des délais très courts de mise en oeuvre, reste d’avoir ouvert un millier de stations au printemps", a déclaré une porte-parole dans une déclaration transmise à Reuters. Le consortium, qui associe la PME montpelliéraine Smoove aux entreprises Indigo, spécialiste du stationnement, Mobivia (entretien automobile) et Moventia (mobilité), avait créé la surprise en remportant ce qui constitue le plus gros marché mondial de vélos en libre service.

Le syndicat mixte, qui regroupe Paris et des communes partenaires, avait à l'époque mis en avant des vélos plus légers et plus robustes face au vandalisme. L'offre de Smovengo était également moins chère que celle de JCDecaux. "La commande publique devrait être moins naïve sur les prix qui sont dans les offres et puis faire des analyses beaucoup plus approfondies", a estimé Jean-Charles Decaux, en indiquant que son groupe avait déjà remporté des budgets, jugeant le prix pratiqué par Smovengo intenable dans la durée.

"Je mets la pression. Il y a des pénalités qui sont très très fortes", a pour sa part souligné sur France Inter la maire de Paris Anne Hidalgo en promettant un fonctionnement à 100% pour fin avril, début mai.

Alors que le changement de concessionnaire du Vélib' se fait dans la difficulté, les opérateurs de vélos en libre service, notamment asiatiques, ont essaimé dans la capitale avec plus ou moins de succès. La start-up de Hong Kong Gobee.bike a jeté l'éponge fin février.

Avec Reuters (Gwénaëlle Barzic, avec Geert De Clercq, Dominique Rodriguez)

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Logistique et manutention

Rayonnage à deux côtés pour armoires Raaco

MANUTAN

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

AVRIL

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

CHEF DE PROJET IT F/H

Safran - 22/11/2022 - CDI - Vélizy-Villacoublay

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

49 - Cholet

Prestation de surveillance et de sécurité par vigile de l'accueil de la CAF de Maine-et-Loire

DATE DE REPONSE 06/01/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS