Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Crise des Vélib' à Paris : pour JCDecaux, le plus dur est à venir

, ,

Publié le , mis à jour le 09/03/2018 À 07H37

JCDecaux, qui a exploité pendant dix ans le service parisien de vélos en libre service Vélib' avant de perdre le marché au profit de Smovengo, a estimé ce 8 mars que son successeur n'était pas à la hauteur des enjeux face aux retards accumulés pour son lancement.

Crise des Vélib' à Paris : pour JCDecaux, le plus dur est à venir
JCDecaux, qui a exploité pendant dix ans le service parisien de vélos en libre service Vélib', a estimé jeudi que son successeur, Smovengo, n'était pas à la hauteur des enjeux face aux retards accumulés pour son lancement. /Photo prise le 8 janvier 2018/REUTERS/Gonzalo Fuentes
© GONZALO FUENTES

Le consortium Smovengo choisi au printemps dernier par le syndicat Autolib’ Vélib’ Métropole aux dépens de JCDecaux, avait promis d'installer 1 400 nouvelles stations (soit 20 000 Vélib) d'ici au 31 mars. Selon les derniers chiffres, 345 stations seulement étaient en service, rendant ce calendrier inatteignable. Face à la polémique et à la colère des usagers du Vélib, la Ville de Paris a annoncé qu'elle allait dépêcher des personnels municipaux pour encadrer le déploiement et le travail du prestataire, une décision rarissime.

"ils ratent le plus facile"

Cette situation ne laisse pas l'ancien exploitant, JCDecaux, indifférent. "Ce que je vois c’est qu’ils ne sont pas à la hauteur des enjeux", a déclaré Jean-Charles Decaux, codirecteur général de JCDecaux, lors d'une conférence de presse pour la présentation des résultats annuels du groupe. "Et en plus ils ratent le plus facile", a souligné le dirigeant, ajoutant que le chantier actuel de Smovengo consistait pour l'essentiel à installer de nouvelles bornes d'attache pour les vélos, les connections ayant déjà été réalisées par JCDecaux. "C’est le reste qui est compliqué. C’est de gérer les vélos, c’est de gérer les abonnés. C’est de répondre aux abonnés qui ne sont pas contents", a-t-il ajouté.

Lorsqu'il avait remporté pour la première fois le contrat en 2007, JCDecaux avait déployé 10 000 vélos en quatre mois et demi alors que toute l'électrification était à faire, a-t-il rappelé, s'étonnant que la PME n'ait conservé lors du transfert aucun des cadres qui travaillaient précédemment pour JCDecaux. "Alors ou ils sont inconscients ou ils sont arrogants mais dans les deux cas c’est particulier", a estimé le dirigeant.

Le groupe familial, qui a dégagé un nouveau chiffre d'affaires record l'an dernier, a engagé un recours devant le tribunal administratif de Paris qui l'a rejeté. Il a ensuite saisi le Conseil d'Etat qui ne s'est pas encore prononcé.

Smovengo, à l'encontre de laquelle des pénalités d'un million d'euros par mois de retard ont été décidées, prévoit désormais de déployer une cinquantaine de stations par semaine au minimum.

Un millier de stations promises pour le printemps

"Notre objectif, compte tenu des retards initiaux liés à la difficulté de la passation entre les deux opérateurs et des délais très courts de mise en oeuvre, reste d’avoir ouvert un millier de stations au printemps", a déclaré une porte-parole dans une déclaration transmise à Reuters. Le consortium, qui associe la PME montpelliéraine Smoove aux entreprises Indigo, spécialiste du stationnement, Mobivia (entretien automobile) et Moventia (mobilité), avait créé la surprise en remportant ce qui constitue le plus gros marché mondial de vélos en libre service.

Le syndicat mixte, qui regroupe Paris et des communes partenaires, avait à l'époque mis en avant des vélos plus légers et plus robustes face au vandalisme. L'offre de Smovengo était également moins chère que celle de JCDecaux. "La commande publique devrait être moins naïve sur les prix qui sont dans les offres et puis faire des analyses beaucoup plus approfondies", a estimé Jean-Charles Decaux, en indiquant que son groupe avait déjà remporté des budgets, jugeant le prix pratiqué par Smovengo intenable dans la durée.

"Je mets la pression. Il y a des pénalités qui sont très très fortes", a pour sa part souligné sur France Inter la maire de Paris Anne Hidalgo en promettant un fonctionnement à 100% pour fin avril, début mai.

Alors que le changement de concessionnaire du Vélib' se fait dans la difficulté, les opérateurs de vélos en libre service, notamment asiatiques, ont essaimé dans la capitale avec plus ou moins de succès. La start-up de Hong Kong Gobee.bike a jeté l'éponge fin février.

Avec Reuters (Gwénaëlle Barzic, avec Geert De Clercq, Dominique Rodriguez)

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle