VÉHICULES ÉLECTRIQUESDÉCLINER L'EXPÉRIENCE DE L'AUTOMOBILE POUR LE DEUX-ROUESPeugeot Motocyles, qui prépare le lancement d'un scooter électrique pour l'été 1996, a bénéficié du savoir-faire de PSA dans la mise au point de ce nouveau véhicule.

Partager

VÉHICULES ÉLECTRIQUES

DÉCLINER L'EXPÉRIENCE DE L'AUTOMOBILE POUR LE DEUX-ROUES

Peugeot Motocyles, qui prépare le lancement d'un scooter électrique pour l'été 1996, a bénéficié du savoir-faire de PSA dans la mise au point de ce nouveau véhicule.



Concevoir un scooter à propulsion électrique aux performances et au prix quasi équivalents à ceux d'un moteur thermique, c'est le but que c'était fixé Peugeot Motocycles. L'Electric, qui a dépassé le stade du prototype, va être expérimenté pendant un an à Strasbourg en attendant une commercialisation prévue pour l'été 1996. Si le véhicule électrique est, disent certains, promis à un bel avenir, pas question pour autant de réinventer la lune: pour faire au plus vite et au moins cher dans la conception, Peugeot Motocyles s'est largement appuyé sur les travaux de PSA en la matière. A quelques mois de la commercialisation de l'AX et de la 106 électriques, les ingénieurs de Sochaux pouvaient beaucoup apprendre à leurs petits frères de Beaulieu (Doubs). "Nous avons adapté aux deux-roues les travaux réalisés pour l'automobile, explique Jean-Charles Fourot, directeur général de Peugeot Motocycles. Cela a été un des éléments majeurs de notre développement technique." Concrètement, les trois monoblocs de batteries nickel-cadium, signés Saft, qui équipent le scooter sont les mêmes que ceux installés dans les voitures. "Développer nos propres batteries aurait coûté trop cher par rapport aux retombées attendues. Le gain de poids de 5 à 10% que nous aurions pu avoir avec une batterie spécifique ne justifiait pas de telles recherches", explique Jacques Compagne, directeur du marketing de Peugeot Motocycles. La seule différence réside dans le système de refroidissement. Si les batteries des voitures ont dû être équipées d'un système de refroidissement liquide, la ventilation naturelle est suffisante pour le scooter. Le microprocesseur électronique qui pilote la charge de la batterie et qui surveille le bon état des différents organes du moteur est lui aussi inspiré des travaux de PSA et de Saft. Il a pourtant fallu prévoir quelques adaptations particulières à un moteur basse tension de 18volts. Peugeot Motocycles a aussi ajouté à son unité de commande électronique un dispositif antivol spécifique aux deux-roues et un mode de roulement économique qui permet d'augmenter l'autonomie du véhicule. Sept prototypes de ce scooter ont déjà roulé 30000 kilomètres, mais il reste à les tester en conditions réelles d'utilisation. C'est l'objectif de l'expérimentation strasbourgeoise, qui permettra de peaufiner la démarche "marketing", mais aussi de plancher sur des problèmes techniques. Les trois monoblocs de batteries devraient suffire pour les utilisations quotidiennes. Le propriétaire profitant de la nuit pour recharger son véhicule avec une simple prise de courant. Problème cependant: si la recharge est aisée pour les habitants des zones pavillonnaires (avec une prise au rez-de-chaussée), ceux d'immeubles sont aujourd'hui condamnés à démonter les batteries. Faudra-t-il équiper les scooters de rallonges de plusieurs mètres de long? Deux monoblocs de batteries suffiront-ils pour couvrir les besoins quotidiens des utilisateurs? Autant de questions qui trouveront un début de réponse avec les deux campagnes d'expérimenation lancée sur Strasbourg.Campagnes avec des utilisateurs professionnels cet été, avec des particuliers (40% de jeunes) dès cet automne. Ce sera également l'occasion pour Peugeot d'arrêter le prix de vente du véhicule et de trancher pour une commercialisation avec ou sans batterie. "Le scooter sera en principe vendu avec un système de location de batterie, ce qui permettra de mieux gérer le recyclage. Mais comme la durée de vie de la batterie, 80000kilomètres, équivaut à peu près à celle du véhicule, tout est encore ouvert", remarque le directeur général de Peugeot Motocycles. La fabrication en série pourra ensuite démarrer dans les deux usines de l'entreprise: Beaulieu, pour l'assemblage, et Dannerie (Haut-Rhin), pour les moteurs. Juliette GHIULAMILA



Batteries : fabrication commune pour PSA et Renault

Les batteries qui équiperont les scooters Peugeot seront fabriquées dans l'usine Saft de Bordeaux. Elles bénéficieront des investissements qui ont été réalisés sur ce site pour équiper les AX, 106 et Clio électriques. La future Renault électrique sera en effet elle aussi équipée de la même batterie. Ces investissements "importants" selon Jean-Pierre Cornu, directeur de l'unité véhicules électriques chez Saft, ont été co-financés par Saft, PSA et Renault. Le ministère de l'Industrie apportant sa contribution sous forme d'avance remboursable. La capacité de production de l'usine bordelaise en batteries pour véhicules électriques est ainsi de 450 000 modules par an. Des capacités largement suffisantes pour Peugeot Motocycles même si chacun de ses scooters sera équipé de trois modules.

USINE NOUVELLE N°2509

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    SAFT
ARTICLES LES PLUS LUS