Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Véhicules décarbonés : l'Ademe lance un nouvel appel à projets

, , , ,

Publié le

Porté par le Pacte Automobile, le Fonds démonstrateur de recherche de l'Ademe lance la deuxième phase de son appel à projets relatif au véhicule décarboné. Etat des lieux des projets expérimentaux retenus lors de la première phase, auxquels participent de

Véhicules décarbonés : l'Ademe lance un nouvel appel à projets

La semaine dernière, EDF et Toyota annonçaient que leur expérimentation grandeur nature de véhicule hybride électrique rechargeable débuterait en fin d'année à Strasbourg. Un projet soutenu par le fonds démonstrateur de recherche de l'Ademe. Ce fonds créé suite au Grenelle de l'Environnement, doté de 400 millions d'euros sur 4 ans (2009-2012), doit permettre de financer le développement de technologies de l'énergie à un stade amont, commercialisables à moyen terme (2020), dans l'optique de diviser par quatre les émissions de gaz à effet de serre. L'appel à manifestation d'intérêt (AMI) concernant les véhicules propres est l'un des trois appels à projets lancés en 2008. C'est aujourd'hui le plus avancé. Mercredi 25 mars, l'Ademe a lancé un deuxième appel à projets dans ce domaine, pour « élargir son périmètre à de nouvelles innovations »

Le premier appel à projets sur les véhicules propres est un succès qui justifie ce nouvel appel. « La mobilisation des entreprises industrielles pour répondre a été impressionnante, reconnaît François Moisant, directeur stratégie et recherche de l'Ademe. Le processus a pu être rapide car il y avait des projets très matures, mais qui ne disposaient pas du financement nécessaire à leur réalisation. » Par ailleurs, ce volet du fonds démonstrateur constitue la fait office de volet R&D du plan « Véhicules décarbonés », et a profité de ce fait d'une rallonge de 50 millions d'euros accordée par le Pacte Automobile. « Le fonds pourrait être un outil de financement du groupe de travail sur les infrastructures de charge », ajoute François Moisant.

Huit projets ont déjà été sélectionnés suite à l'AMI lancé le 11 septembre 2008. Trois sont en cours d'instruction, et deux ont été écartés car la technologie proposée était « trop incrémentale », pas assez en rupture avec les technologies existantes. Les huit premiers projets représentent une enveloppe de 36 millions d'euros. « Sur les onze, on pourrait arriver à environ 55 millions » précise Régis Le Bars, chef de projet du fonds démonstrateur de recherche. La répartition des fonds par projet n'est pas communiquée, en revanche on sait que le taux de subvention accordé à chaque entreprise oscille entre 25 et 50%, et doit respecter le cadre des règles communautaires relatives aux aides d'Etat pour la recherche et l'innovation. Une avance est débloquée à la notification, puis le versement s'échelonne au fur et à mesure de l'avancement du projet.

L'expérimentation d'EDF et Toyota fait partie des huit projets sélectionnés. C'est le seul à avoir communiqué sur son avancement jusqu'à présent. Pour l'instant, les sept autres projets n'ont pas communiqué de calendrier précis.

Les projets en détail :

  • FOREWHEEL (Michelin, Heuliez, Commissariat à l'énergie atomique) : ce projet propose une architecture de rupture (signée Heuliez), en plaçant des moteurs électriques dans les roues du véhicule, fournis par Michelin (photo). Le véhicule est équipé de batteries lithium-fer-phosphate conçues par le CEA, échangeables et non rechargeables, situées sous le plancher. 

  • VELROUE (Renault, Michelin, IFP) : véhicule utilitaire léger bimode intégrant des moteurs-roues électriques sur le train arrière, et un moteur thermique à l'avant. Basé sur une plateforme de Kangoo, ce projet « présente des enjeux en termes de tenue de route, de fiabilisation des technologies et de gestion des défaillances », explique Régis Le Bars.

  • VEGA/THOP (Valeo, Renault) : l'objectif de ce projet est de résoudre la problématique de climatisation et de chauffage propre aux véhicules électriques. Réalisé sur une base Mégane, il consiste à trouver les ressources thermiques adéquates pour optimiser la gestion thermique de l'habitacle et de la batterie.

  • VELECTA (Aixam-Mega, CEA, Institut national de recherche sur les transports et leur sécurité, G2ELAB) : quadricycles léger et lourd avec batterie plomb et supercapacité, basé sur le véhicule à traction électrique commercialisé à Londres par Aixam, qui permet d'échapper au péage urbain mis en place par la capital britannique.

  • QUAT'ODE (Véléance, Cad&D) : ce projet de quadricycle, mené par deux PME, propose de monter une chaîne électrique sur un véhicule léger dont la particularité est de présenter un encombrement équivalent à celui d'un scooter, tout en étant plus stable mais en conservant un fonctionnement pendulaire (il se penche dans les virages). Prévu pour être finalisé dans deux ans, ce véhicule deux places pourra servir sur des sites industriels ou pour des livraisons (type La Poste...).

  • WATT (PVI, Robosoft, Veolia, MDO) : bus électrique conçu par PVI - l'entreprise spécialisée dans les véhicules industriels à énergie alternative exploite déjà des bus électriques à Montmartre -, qui se recharge à chaque arrêt grâce à un bras articulé (Robosoft) qui se déploie et se branche sur une borne de recharge (MDO, fournisseur de mobilier urbain). Ce mode de recharge réclame un « très fort échange d'énergie en quelques dixièmes de seconde », indique Régis Le Bars, d'où le recours à des supercapacités, une technologie différente de la batterie, qui ne peuvent pas stocker énormément d'énergie mais sont capables de délivrer des puissances élevées sur des cycles charge/décharge courts.

  • EILISUP (Irisbus-Iveco, CEA, IFP, Inrets, EDF, Michelin, RATP, Ercteel, Recupyl) : autobus hybride et électrique doté d'une batterie, qui se recharge en fin de ligne via une technologie de type caténaire. Dans le bus électrique, le moteur serait logé dans les roues, ce qui permettrait d'augmenter la capacité de transport de passagers.

    Les trois projets restant du premier AMI sont en fin d'instruction. Quant au nouvel AMI consacré aux véhicules décarbonés, il court jusqu'au 26 juin 2009 et pourrait être suivi d'une troisième phase.

    Les autres appels à projets du Fonds démonstrateur

    >captage-stockage de CO2 : en cours d'instruction
    >biocarburants : stade avancé
    >futures thématiques prévues : énergies marines, réseaux électriques intelligents


    Raphaële Karayan
  • Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

    Les entreprises qui font l'actu

    Créez votre compte L’Usine Connect

    Fermer
    L'Usine Connect

    Votre entreprise dispose d’un contrat
    L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

    Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

    Créer votre Compte
    Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle