Quotidien des Usines

Vaste plan de transformation de l'usine de PSA Mulhouse

, , , ,

Publié le

Le constructeur automobile PSA va injecter 300 millions d'euros pour moderniser l'ensemble de l'outil industriel de son site de Sausheim/Mulhouse (Haut-Rhin) afin d'accueillir la nouvelle plateforme EMP2. Deux nouveaux véhicules seront produits dans l'usine à partir de 2015.

Vaste plan de transformation de l'usine de PSA Mulhouse © D.R. - PSA

La direction du site de Sausheim/Mulhouse (Haut-Rhin) du constructeur automobile PSA a annoncé en comité d'entreprise extraordinaire, jeudi 12 juin, un vaste plan de "transformation et d'accélération de la performance industrielle du site pour la période 2014 – 2020". L'usine va moderniser l'ensemble de l'outil industriel, passera en monoflux afin d'optimiser la production et réduire les coûts, et développera deux nouveaux véhicules basées sur la plateforme EMP2. Une enveloppe de 300 millions d'euros accompagnera ces mesures jusqu'en 2020.

Pour la directrice du Site, Corinne Spilios, ce projet "est une très bonne nouvelle pour le site de Mulhouse et pour l’ensemble de ses salariés". "La modernisation du process de fabrication nous donne la possibilité de nous hisser parmi les meilleurs sites européens des segments C et D (véhicules compacts et intermédiaires)", a-t-elle expliqué. Pendant quatorze mois, l'une des deux lignes de production sera en travaux afin d'accueillir les plateformes EMP2, dont près de 50% des véhicules produits par PSA seront équipés.

Baisse des volumes, mais pas d'impact sur l'emploi

Du côté des syndicats, cette annonce est également bien accueillie. "Ce projet nous donne de la visibilité sur six ans, s'est réjoui Ronald Laventin, délégué CFDT et membre du CE. Les trois véhicules qui nous produisons ici, la 2008, la C4 et la DS4, seront maintenus jusqu'en fin de vie, dans trois ou quatre ans." Deux nouveaux modèles arriveront à partir de l'année prochaine, une Peugeot segment D et probablement une DS.

Si les volumes auront tendance à baisser, de 230 000 véhicules produits en 2014 à 195 000 en 2015 et 190 000 en 2016, il n'y aura pas d'impact sur les 7 100 CDI de l'usine, excepté le départ naturel de 240 seniors. "Nous avons cependant quelques inquiétudes avec la direction concernant un sureffectif prévu en 2015 d'une cinquantaine de techniciens et agents de maitrise, pour lesquels nous demandons un dispositif de mobilité interne ou externe", a déclaré Ronald Laventin.

Timothée L'Angevin

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte