Vaste enquête de l'UE sur les cimentiers actifs en Europe

,

Publié le

Le cimentier français Lafarge a été le premier à révéler mardi 4 novembre qu'il faisait l'objet d'une enquête de la Commission européenne, avec d'autres fabricants de ciments actifs en Europe. Bruxelles a confirmé cette annonce mercredi 5 novembre.

Les services européens de la concurrence soupçonnent en effet ces industriels de violations des règles de la concurrence européenne, comme des abus de position dominante ou la constitution de carnets.

L'enquête a débuté par des perquisitions chez les différents fabricants, comme chez les groupes allemands HeildebergCement et Dyckerhoff ou chez le cimentier mexicain Cemex.

Bruxelles a précisé que « cette étape préliminaire de l'enquête ne signifie pas que les entreprises sont coupables ». Pour l'heure, toutes les sociétés concernées et perquisitionnées ont collaboré au bon déroulement de l'enquête.

La Commission européenne a déjà sanctionné en 1994 plus de 40 entreprises du secteur pour entente sur le partage de marchés. Initialement fixée à 248 millions d'euros, l'amende collective avait été révisée à la baisse en 2000 (à 108 millions d'euros).

Barbara Leblanc

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte