Variscan pourra explorer la mine de tungstène de Salau

Le secrétariat d'Etat a à l'Industrie a confirmé le 21 octobre l'octroi d’un permis exclusif de recherche dans la mine de tungstène de Salau (Ariège) à la junior minière française Variscan, comme l'annonçait usinenouvelle.com la veille.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Variscan pourra explorer la mine de tungstène de Salau

Le cabinet du secrétaire d'Etat chargé de l'Industrie Christophe Sirugue a confirmé, vendredi 21 octobre, avoir délivré un permis exclusif de recherche (PER) à Variscan, pour une durée de cinq ans, sur le site de l'ancienne mine de Salau, à Couflens (Ariège). Ce PER "a pour objectif d’étudier les possibilités économique, environnementale et sociétale de redévelopper une filière d’extraction et de valorisation de tungstène". Des études relatives à la présence d'amiante seront réalisées par un organisme indépendant et feront l'objet d'un "contrôle attentif de l'Etat". Une commission locale de concertation, d’information et de suivi sera pilotée par le préfet de l'Ariège, tandis que Géoderis, filiale du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) et de l'Ineris, lancera d'ici à la fin du mois de novembre une étude sur la sécurisation du site et les impacts sanitaires.

Déposée en novembre 2014 par Variscan, la demande d’un permis d’exploration de la mine de tungstène de Salau, dans l’Ariège vient d'aboutir comme l'espérait le directeur général de Variscan, Michel Bonnemaison.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Fermée en 1986 pour des raisons économiques, le dumping chinois ayant provoqué un effondrement des prix des métaux en France, la mine de Salau, qui produisait alors 12 415 tonnes d’oxyde de tungstène, "est un gisement de classe mondiale", estime Michel Bonnemaison. Le site employait alors 130 personnes, sans compter les sous-traitants. "Même s’il existera toujours une opposition, les associations de commerçants, de chasseurs et la CGT sont favorables au projet" de relance, avance le chef d’entreprise. Des risques liés à la santé et à l’environnement sont notamment mis en avant par les détracteurs du projet.

"Il n’est pas question de produire mais d’analyser le potentiel des lieux. Si les études aboutissent, une demande d’exploitation sera formulée", précise Michel Bonnemaison, sûr de l’intérêt économique de l’opération.

Les principes de l’économie circulaire invoqués

"Le tungstène est beaucoup utilisé dans la région, notamment dans l’aéronautique. Nous souhaitons démontrer que la mine peut s’inscrire dans un processus d’économie circulaire", explique-t-il. "Il ne faudra pas se louper sur le modèle de la première mine qui ouvrira en France", soulignait Michel Bonnemaison en mai dernier. A cet effet, des process plus respectueux de l’environnement sont envisagés, selon le principe de "mine responsable"même si ce concept fait l’objet de nombreux questionnements.

La minière compte dans un premier temps mettre en place la structure qui entourera le projet, notamment pour procéder à des embauches, puis sécuriser les galeries avant d’y réaliser des observations géologiques. "Les conditions climatiques, dont la neige, pourraient nous compliquer la tâche", complète Michel Bonnemaison. 25 à 40 emplois en équivalent temps plein pourraient officier sur le site durant la phase d’exploration.

Partager

NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS