Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Vallourec va supprimer 600 postes en Allemagne et écarte une augmentation de capital

, , , ,

Publié le , mis à jour le 21/02/2019 À 07H12

Le 20 février, Vallourec a présenté ses résultats pour l'année 2018. Le spécialiste français des tubes sans soudure en acier a annoncé la suppression de 600 postes en Allemagne dans le cadre d'un plan d'économies supplémentaires. L'entreprise écarte aussi le besoin d'une recapitalisation à court terme.

Vallourec va supprimer 600 postes en Allemagne et écarte une augmentation de capital
Le 20 février, Vallourec a présenté ses résultats pour l'année 2018. REUTERS / Charles Platiau
© Charles Platiau

Vallourec a annoncé mercredi 20 février une nette progression de son résultat brut d'exploitation (RBE) en 2018 ainsi que la mise en place de nouvelles mesures d'économies et l'extension de lignes bancaires. Le groupe veut ainsi écarter la nécessité d'une recapitalisation à court terme.

Le producteur de tubes sans soudure en acier, frappé ces dernières années par la réduction des investissements pétroliers, prévoit des économies brutes supplémentaires d'au moins 200 millions d'euros à l'horizon 2020, en plus des 445 millions déjà générées à fin 2018. Ce plan inclue une réduction importante de ses effectifs en Allemagne :  environ 600 salariés sur 3400. En novembre 2018, l'entreprise française avait démenti un plan social de grande ampleur en France tout en confirmant travailler au renforcement de sa compétitivité en Allemagne.

"Il n'y a strictement aucune raison de faire une augmentation de capital"

Alors que certains analystes redoutaient une nouvelle augmentation de capital du groupe en 2019, Vallourec a indiqué qu'il visait une forte augmentation de son RBE, une poursuite de l'amélioration du besoin en fonds de roulement et des investissements industriels de l'ordre de 180 millions d'euros.

Le groupe a également annoncé l'extension à février 2021 de 600 millions d'euros de lignes bancaires qui arrivaient à échéance en 2020, ainsi que la mise en place de nouvelles mesures d'économies au Brésil et un projet de cession d'actifs dédiés aux centrales conventionnelles au charbon.

"Sur la base des tendances actuelles de marché et des objectifs énoncés ci-dessus, le groupe respecterait son covenant bancaire à la fin de l'exercice", a ajouté Vallourec, dont le ratio d'endettement net ajusté - qui doit être inférieur à un plafond de 100% en vertu de ses contrats bancaires - s'établissait à 72% à fin 2018.

"On n'a aucune grosse maturité qui tombe d'ici à 2021 du côté de nos lignes bancaires et la seule maturité obligataire a déjà été refinancée [...], donc il n'y a strictement aucune raison de faire une augmentation de capital", a de son côté souligné son directeur financier, Olivier Mallet, lors d'une conférence téléphonique.

"On peut avec sérénité se concentrer au cours des deux prochaines années sur la poursuite de l'amélioration [de nos performances]", a-t-il ajouté.

La pression diminuée sur Vallourec

Dans la foulée, après avoir dégradé en novembre 2018 la note de crédit du groupe de B à B-, Standard & Poor's a indiqué que les annonces de Vallourec ne changeaient pas cette note mais qu'elles diminuaient quelque peu la pression sur celle-ci.

Vallourec a enregistré au titre de 2018 une perte nette part du groupe de 502 millions d'euros (contre -537 millions en 2017), un chiffre d'affaires de 3,9 milliards (+4,6%) et un cash-flow disponible de -494 millions (contre -423 millions).

Ce dernier indicateur est cependant ressorti positif au quatrième trimestre 2018, à hauteur de 76 millions, ce que le groupe perçoit comme le signe d'une amélioration à venir en 2019. Vallourec a en outre nettement amélioré son RBE, qui s'est établi à 150 millions d'euros sur l'ensemble de l'exercice (contre 2 millions en 2017).

Selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S, les analystes attendaient en moyenne une perte nette de 422 millions d'euros, un RBE de 119 millions et un chiffre d'affaires de 3,9 milliards.

En termes de tendances de marché, le groupe prévoit pour 2019 une reprise confirmée de son activité pétrole et gaz, principalement tirée par les marchés internationaux.

5600 postes supprimés depuis 2014

Vallourec a déjà réduit ses effectifs d'environ 24% depuis 2014 sur la base de son périmètre historique, soit 5600 postes supprimés dont environ 3000 en Europe et environ 1600 au Brésil.

Le groupe, dont Bpifrance et le japonais Nippon Steel & Sumitomo Metal sont les premiers actionnaires avec 14,6% du capital chacun, avait bénéficié en 2016 d'une augmentation de capital de 1 milliard d'euros.

Avec Reuters (Benjamin Mallet, édité par Gwénaëlle Barzic)

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle