Vallourec, indicateur de l’industrie mondiale

Le groupe, présent un peu partout dans le monde, fournit ses produits à de nombreux secteurs.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Vallourec, indicateur de l’industrie mondiale

En suivant les résultats de Vallourec, c’est un peu la santé de l’industrie mondiale dont on vient tâter le pouls. Le fabricant français de tubes en acier, qui affiche un chiffre d’affaires de 5,3 milliards d’euros en 2011 (+18 %) et un résultat net de 402 millions d’euros (-2 %), fournit ses produits à de nombreux secteurs : pétrole et gaz (54 % du chiffre d’affaires), l’énergie électrique (13 %), la mécanique (12 %), la pétrochimie (7 %), la construction (7 %), l’automobile (7 %)…

Les activités liées à l’exploration production dans le gaz et le pétrole ont crû de 21 % pour le groupe. Cela reflète les très lourds investissements menés par les pétroliers à travers le monde, malgré la crise économique. Les dépenses mondiales en la matière sont passées de 458 milliards de dollars en 2010 à 544 milliards en 2011. "C’est une tendance qui va durer à long terme, même si le PIB mondial devait un peu diminuer", juge Philippe Crouzet, PDG de Vallourec.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le fort impact de la croissance de ces dépenses d’exploration-production sur Vallourec est également un indicateur de la complexité croissante des champs découverts en Afrique de l’ouest, dans le golfe du Mexique et au large du Brésil. L’exploration se fait dans des conditions de profondeur, de températures et de pressions extrêmes. Ces paramètres requièrent d’utiliser des tubes en acier de très haute qualité, une gamme de produits dont le groupe français s’est fait une spécialité.

Industrie nucléaire

Dans la production électrique, 2011 est synonyme de repli (- 9 %) pour le groupe. La construction des centrales à charbon dans les pays émergents, en particulier en Chine et Inde, reste, elle, très dynamique. Mais l’apparition d’une concurrence locale pour la fourniture de tubes entraîne une baisse des prix.

Le groupe a, toutefois, enregistré une forte croissance de ses activités au quatrième trimestre 2011. Ces bons résultats sont tirés par l’industrie nucléaire qui affiche une belle vigueur, un an seulement après l’accident de Fukushima. "Il n’y a pas de révision massive des positions nucléaires dans le monde, en dehors du Japon et de l’Allemagne. Déjà 16 pays dans le monde ont confirmé leur programme", analyse Philippe Crouzet.

Le groupe bénéficie en ce moment du remplacement des générateurs de vapeur de 11 réacteurs du parc d’EDF et des importantes commandes chinoises. Son usine Valinox de Montbard (Côte d’Or) disposent de nouvelles capacités inaugurées en 2011.

Dans la mécanique, le groupe affiche une croissance de +58 %. Ce chiffre est toutefois à nuancer, explique le PDG. Il provient de l’énorme quantité de commandes reçues par les fabricants de machines-outils allemands au premier semestre 2011 en provenance d’Asie. Le retour de la crise fait peser cependant des incertitudes sur ce secteur. Les commandes sont plus faibles depuis le deuxième semestre 2011.

Dans l’automobile, Vallourec affiche une progression de 13 % de son activité, située principalement au Brésil, où elle est fragilisée par la surévaluation du real qui pénalise les exportations.

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS