L'Usine Energie

Vallourec confirme sa réorganisation en quatre régions

Aurélie M'Bida , ,

Publié le

Comme nous vous l’avions annoncé en novembre dernier, Vallourec finalise la pose de la pierre angulaire de son plan de transformation. Face à la crise du marché pétrolier, le leader mondial des solutions tubulaires premium a confirmé la redistribution géographique de ses actifs et se réorganise en quatre régions.

Vallourec confirme sa réorganisation en quatre régions © Vallourec

Dommages collatéraux de la chute des prix du pétrole, les parapétroliers et autres compagnies de services revoient totalement leur modèle économique. Face à la baisse des investissements de leurs clients pétroliers de l’énergie, ils annoncent tour à tour des mesures pour se relever. Ainsi Vallourec a d’annoncé ce mercredi 18 janvier l’adaptation de son organisation, qui sera effective à compter du 3 avril prochain.

Le parapétrolier en avait déjà évoqué l’idée au mois de novembre dernier, à l’occasion de la cérémonie de prise de contrôle de l’usine de production de tubes de Tianda en Chine : Répartir ses actifs dans quatre régions du globe, avec chacune sa spécialité. Une mesure qui vient renforcer son programme de désinvestissement en Europe et les coupes dans ses effectifs (environ 1100 emplois sur le territoire), éléments de son plan de transformation débuté en 2015.

Quatre régions et deux départements centraux

Dans le détail, Vallourec a pour objectif "renforcer la présence locale du groupe et sa proximité avec ses clients, optimiser l’utilisation globale de ses ressources et stimuler son développement", a précisé le groupe dans un communiqué. Les quatre régions : Amérique du Nord, Amérique du Sud, Europe/Afrique (EA) et Moyen-Orient/Asie (MEA) seront en charge de l’ensemble des ventes et des opérations industrielles situées dans leur périmètre géographique. Elles seront respectivement dirigées par Nicolas de Coignac, Alexandre Lyra (tous deux déjà directeurs de ces zones depuis 2015), Hubert Paris (avant cela chargé du plan de compétitivité du groupe) et Edouard Guinotte (VP en charge du Commerce et du Développement OCTG de la région Hémisphère Est depuis 2014).

Cette réorganisation s’accompagne de la création de deux départements centraux. D'une part, le département Développement & Innovation (D&I) qui aura pour mission de définir et mettre en œuvre la stratégie de développement des lignes de produits. Il sera également en charge de l’innovation et de la R&D. iL sera dirigé par Didier Hornet, actuellement directeur Hémisphère Est. D'autre part, le département Technologie & Industrie (T&I) qui aura pour mission de définir la stratégie industrielle du groupe, avec l’objectif de continuer à améliorer sa base de coûts. Il sera en charge de la technologie et gérera les approvisionnements du groupe ainsi que le planning central. Philippe Carlier, actuel directeur Europe, prendra la tête de ce département.

Jean-Pierre Michel quitte le groupe

Le comité exécutif de Vallourec se voit donc quelque peu modifié. Il sera alors composé de 11 membres : Philippe Crouzet, président du directoire, Jean-Pierre Michel, Olivier Mallet, directeur financier, François Curie, directeur des ressources humaines et Stéphanie Fougou, directrice juridique, qui est nommée secrétaire générale du groupe, ainsi que les directeurs des quatre régions et des deux départements centraux. À noter que Jean-Pierre Michel prendra sa retraite fin 2017 et quittera le 31 mars le directoire, qui sera désormais composé de Philippe Crouzet et Olivier Mallet.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte