L'Usine Auto

Valeo veut maîtriser sa croissance

,

Publié le

Le groupe Valeo a volontairement limité ses prises de commandes en 2013. Il s’attend à une nouvelle forte croissance en 2014 et 2015.

Valeo veut maîtriser sa croissance © Valeo

"Nous redoutons l’indigestion". Le commentaire de Jacques Aschenbroich, le directeur général de l’équipementier Valeo peut, à première vue, étonner. Mais le groupe a connu ces dernières années une croissance importante de ses activités de par le monde, et une nouvelle année de croissance à nouveau forte en 2013, pas toujours facile à intégrer.

Ainsi, le son chiffre d’affaires progresse de 3 % à 12,1 milliards d’euros (mais de +9 % à périmètre et taux de change constants). La marge opérationnelle progresse de 10 % à 795 millions (6,6 % du chiffre d’affaires). Le groupe a accéléré aussi bien sur le marché de la première monte chez les constructeurs que sur le marché de remplacement.

Maîtriser les démarrages d’usines

"Nous redoutons de ne pas maîtriser les projets, les lancements de nouvelles usines, explique le directeur général. Chaque nouveau projet avec un constructeur, cela veut dire des recrutements d’ingénieurs : nous en recrutons 1300 à 1500 par an, il faut les former. Nous avons volontairement limité notre prise de commandes en 2013 (elles s’élèvent à 14,8 milliards d’euros, un peu en dessous du niveau de 2012 à 15,1 milliards – NDLR). Nous nous sommes également attachés à maîtriser nos démarrages d’usines, afin qu’ils pèsent moins sur la rentabilité du groupe". Le groupe s’attend à deux nouvelles années de forte croissance en 2014 et 2015.

Six nouveaux sites prévus

Valeo a accéléré ses investissements : ils progressent de 7 %, passant de 879 millions d’euros en 2012 à 939 millions en 2013 (dont 290 millions en R&D et 649 millions en CAPEX). "Nous avons ouvert onze usines dans le monde entre 2011 et 2013, dont sept en Chine, a expliqué Jacques Aschenbroich. Nous avons également procédé à 31 extensions de sites sur la même période soit 320 000 m2 ajoutés. En 2014 et 2015, nous devrions ouvrir six nouvelles usines, dont quatre en Chine et une vingtaine d’extensions. Le rythme reste très élevé". Selon le directeur général, le groupe, qui emploie aujourd’hui 75 000 personnes, devrait atteindre la barre des 100 000 salariés en 2016 ou 2017.

Patrick Déniel

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte