L'Usine Auto

Valeo présente un nouveau compresseur branché

Frédéric Parisot , ,

Publié le

Le “supercharger” de Valeo est le premier compresseur de suralimentation à utiliser l’énergie électrique. Indépendant du moteur, il apporte un surplus de puissance et de couple à bas régime, ce qui était impossible à obtenir avec les turbocompresseurs traditionnels.

Valeo présente un nouveau compresseur branché © Valeo

Grâce au “supercharger” de Valeo, les constructeurs pourront bientôt franchir une nouvelle étape dans la réduction de la cylindrée des moteurs. L’équipementier français a présenté ce mardi 19 mars son nouveau compresseur de suralimentation électrique, un concept innovant qui ne vient pas concurrencer les techniques de suralimentation actuelles mais plutôt combler leurs défauts.

Pour compenser la perte de puissance et de couple due au “downsizing” des moteurs, les constructeurs ont recours à des solutions de suralimentation. Il s’agit le plus souvent d’un turbocompresseur (une turbine entraînée par les gaz d’échappement). Mais ce système n’a pas que des avantages, car les “turbos” sont complexes, ils ne fonctionnent que dans les moyens et hauts régimes, et avec un temps de réponse assez long, de l’ordre d’une à deux secondes.

Un moteur électrique à très faible inertie

Le compresseur électrique de Valeo utilise une technologie brevetée de moteur électrique à reluctance variable. Une technologie que l’équipementier a acquise grâce au rachat de la start-up anglaise CPT (Control Power Technologies) en décembre 2011. "Il s’agit d’un moteur à très faible inertie, sans aimant ni élément polluant, commente Michel Forissier, directeur R&D du pôle systèmes de propulsion chez Valeo. Il est capable d’atteindre sa vitesse nominale (70 000 tours/minute) en moins d’un quart de seconde, soit quatre fois plus rapidement qu’un turbo classique. Et comme il est électrique, il peut être activé à bas régime, ce dont un turbo classique est incapable." Le supercharger n’a donc pas vocation à remplacer les turbocompresseurs traditionnels, mais plutôt à combler leurs lacunes. Il n’est pas fait pour tourner en permanence, mais pour apporter un effet “boost” au démarrage du véhicule. "Il ne change pas le couple maximal d’un moteur, mais permet d’atteindre plus rapidement ce couple maximal", complète William Fabre, directeur de l’activité compresseur électrique chez Valeo.

Ce n’est pas le seul avantage du système. "On ne pompe pas d’énergie mécanique du moteur, comme avec un turbocompresseur ou un compresseur, poursuit William Fabre. De plus, le système n’est pas obligé d’être accolé au moteur, donc le refroidissement est moins problématique".

Au final, le supercharger répond au dilemme que se posent les constructeurs depuis plusieurs années. En effet, pour diminuer la taille des moteurs sans perdre en puissance, ils doivent installer de plus gros turbos. Mais plus un turbo est volumineux plus il entraîne un temps de réponse important, et les véhicules perdent en agrément (on se retrouve avec une voiture puissante sur route, mais incapable d’effectuer le moindre démarrage en côte). Avec le supercharger qui vient en renfort au démarrage du véhicule, les constructeurs pourront repousser les limites du downsizing et ainsi ouvrir de nouvelles possibilités en termes de consommation, et donc de pollution.

Frédéric Parisot

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte