Valeo a déjà supprimé 12 000 postes dans le monde au premier semestre

L'équipementier automobile français Valeo a accusé au premier semestre 2020 une lourde perte nette à cause de la crise du coronavirus et engagé un vaste plan d'action pour réduire ses coûts et préserver sa trésorerie.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Valeo a déjà supprimé 12 000 postes dans le monde au premier semestre
Valeo, spécialiste de l'hybridation légère et des aides à la conduite, a publié mardi 21 juillet une perte nette, part du groupe, de 1,215 milliard d'euros sur les six premiers mois de l'année

L'équipementier automobile français Valeo, spécialiste de l'hybridation légère et des aides à la conduite, a publié mardi 21 juillet une perte nette, part du groupe, de 1,215 milliard d'euros sur les six premiers mois de l'année, alors qu'il avait dégagé un an plus tôt un bénéfice net de 162 millions.

La perte du semestre est imputable à la chute de l'activité (-28% pour le chiffre d'affaires) qui a en outre entraîné la comptabilisation de 622 millions d'euros de charges non cash et non récurrentes, liées notamment à des dépréciations d'actifs.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Baisser les coûts salariaux

Il fait les frais de la crise du coronavirus et a donc engagé un vaste plan d'action pour réduire ses coûts et préserver sa trésorerie.

"Nous avons lancé un processus classique de revue de l'ensemble des actifs du groupe, une revue classique que l'on fait chaque année mais qui prend cette année une tournure un peu particulière", avait déclaré le 25 juin Robert Charvier, directeur financier de l'équipementier automobile, lors de l'assemblée générale annuelle qui se tient à huis-clos.

Pour réduire ses coûts, Valeo a supprimé au premier semestre 12 000 emplois, soit 10,5% de l'effectif du groupe, a indiqué son PDG Jacques Aschenbroich le 21 juillet lors d'une conférence de presse. 2 000 auraient été supprimé en France.

Afin de faire baisser les coûts salariaux de 10 % et d'économiser ainsi 100 millions d’euros en France, le groupe vient d'ailleurs de proposer un accord de performance collective à ses représentants syndicaux. Les négociations ont débuté et devraient se poursuivre jusqu’en septembre.

Pour en savoir plus sur les détails de cet accord de performance collective, lisez notre article dédié

avec Reuters (Gilles Guillaume, édité par Jean-Stéphane Brosse)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS