Vague de négociations salariales dans l’automobile

Après PSA jeudi, c’est au tour de Renault d’organiser ce 24 février un nouveau tour de table dans le cadre des négociations annuelles obligatoires sur les rémunérations. Et ce, au lendemain de la mobilisation de salariés CGT et CFDT notamment sur plusieurs sites.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Vague de négociations salariales dans l’automobile

Les salariés de l’automobile réclament une meilleure justice sociale. C’est le cas notamment de ceux de Renault qui entrent dans une seconde journée de négociations salariales ce 24 février. "Avec 2,13 milliards d'euros de bénéfices nets en 2011, Renault se porte bien et a les moyens d'augmenter nos salaires", dit l'intersyndicale dans un communiqué publié le 23 février. C’est ce jour-là que la CGT et la CFDT ont appelé à la mobilisation sur l'ensemble des sites Renault (Douai, Cléon, Rueil, Sandouville, Le Mans, Flins, ect...), rejoints selon les sites par la CFTC, Sud ou FO.

Une pétition lancée par la CFDT et la CFE-CGC doit être remise à la direction ce jour. Elle porte les trois revendications salariales principales : le maintien du pouvoir d'achat (avec une hausse de 4,5% des salaires), l'équité dans les rémunérations, et plus de reconnaissance. Les salariés sont en colère notamment face à l’annonce par Renault la semaine dernière d’un bénéfice d’exploitation doublé en 2011.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"L'effort important demandé aux salariés au second semestre - augmentation des productions puis journées non travaillées en fin d'année, limitation des dépenses engagées dans tous les secteurs - a grandement contribué au résultat du groupe cette année, expliquait la CFDT dans son communiqué suite à la publication des résultats. L’entreprise a les moyens de répondre aux demandes légitimes des salariés en termes de rémunération, de reconnaissance des efforts fournis pour atteindre ces résultats".

Dernière étape chez PSA

Mais la réunion de ce jour intervient au lendemain de la dernière étape sur les négociations salariales chez PSA hier. La direction précise que l'augmentation générale des salariés est fixée à 43 euros brut par mois à partir du 1er mars, et ce malgré les résultats difficiles du groupe. L'augmentation est la même pour les cadres qui ne percoivent pas de part variable. A cela s'ajoute un budget de hausses individuelles ou promotion de 0,65% pour les ouvriers de production, de 0,80% pour les ouvriers professionnels et de 1,1% pour les techniciens et agents de maitrise.

"Dans une conjoncture difficile pour le groupe, les propositions de la direction vont permettre de préserver la politique salariale et de porter un effort particulier sur les efforts les plus bas", assure la direction. "Cette revalorisation salariale sur les 9 mois ne rattrape même pas les 2,4% de hausse officielle des prix de 2011. Et beaucoup n’en verront pas la couleur", dénonce la CGT.

Le syndicat revient aussi sur la rumeur de la semaine, à savoir un possible rapprochement entre GM et PSA. La CGT estime que si ce projet concerne une coopération sur les véhicules utilitaires ou monospace à Sevelnord et assure l’avenir de l’emploi, cela peut être une bonne chose. Mais si ce rapprochement est stratégique et capitalistique, le risque social est important. Le syndicat demande à Philippe Varin, président du directoire, de donner des informations supplémentaires sur le sujet lors du comité paritaire stratégique du lundi 27 février.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS