Quotidien des Usines

Usinor, Rhodia, Schneider et TMM, ensemble sur le Web

Publié le

Dossier Thomson Multimédia, Usinor, Schneider Electric et Rhodia ont décidé d'externaliser leurs achats hors production à KeyMRO. Une société qu'ils viennent de créer. Objectif : forcer les fournisseurs à investir sur des places de marché.

Usinor, Rhodia, Schneider et TMM, ensemble sur le Web

Sommaire du dossier

Rhodia, Schneider Electric, Thomson Multimédia et Usinor se sont alliés pour créer KeyMRO. Une société dédiée à l'optimisation des achats de produits et services hors production des quatre multinationales. Dans cette optique, celles-ci vont retenir six, puis trente places de marché partenaires. KeyMRO espère ensuite fédérer un réseau d'opérateurs du monde Internet (places de marché, intégrateurs, opérateurs en télécommunications...) et amener les fournisseurs à investir dans une intégration de leurs catalogues avec les places de marché. Pour réussir, KeyMRO dispose du poids de ses parents (40 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 1999 et 240 000 salariés). Rhodia, Usinor, TMM et Schneider ont en effet doté leur société de 4 millions d'euros de capital et s'engagent à lui externaliser au moins 20 % de leurs achats hors production d'ici à 2005, soit un minimum de 2,4 milliards d'euros. Pour 2001, les quatre fondateurs commenceront avec 530 millions d'euros, dont 400 millions pour l'Europe et 130 mil- lions pour l'Amérique du Nord. A terme, Schneider Electric espère bien réaliser 50 % de ses achats généraux avec KeyMRO, soit environ 1 milliard d'euros. En parallèle, la société espère recruter 12 autres clients parmi les multinationales européennes. KeyMRO se rémunérera en pourcentage des volumes gérés. Les industriels entendent réaliser 5 % d'économies grâce à l'effet volume, mais surtout grâce à la mutualisation du service achat. Pour Charles Dehelly, directeur adjoint de Thomson Multimé- dia, " ces 5 % représentent pour Thomson 50 millions d'euros. Mais les avantages ne s'arrêtent pas là. En amenant des fournisseurs sur les places de marché, KeyMRO nous permet de mener à bien notre politique interne d'e-procurement et de faire des économies considérables : 6 millions de dollars pour l'optimisation des processus administratifs et 50 millions de dollars pour l'élimination des achats sauvages. " Ne pas éroder les marges des fournisseurs En mutualisant leurs achats, les quatre industriels affirment ne pas vouloir éroder les marges de leurs fournisseurs, mais plutôt les inciter à s'intégrer à des pla-ces de marché. Selon Emmanuel Fougères, directeur de la stratégie d'alliances de KeyMRO, " le succès des places de marché dépend de leur présence. Sans eux, les acheteurs n'ont pas d'intérêt à venir. Pour rentabiliser ses investissements, Rhodia doit pouvoir travailler avec 300 fournisseurs. " Pousser les standards d'un marché peu structuré Pour retenir les six, puis les trente places de marché partenaires, KeyMRO va étudier leurs capacités à héberger les catalogues de ses fournisseurs. La capacité financière, la pérennité des partenaires technologiques et la capacité des places de marché à interopérer seront des critères fondamentaux. Mais le type de places de marché, verticales ou horizontales, importera peu. " KeyMRO, signale Emmanuel Fougères, a pour vocation de pousser les standards d'un marché encore peu structuré. Ce qui ne veut pas dire que nous nous limiterons aux outils de SAP/ Commerce One, d'Ariba ou encore d'Oracle ".

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte