Quotidien des Usines

Usine PSA d'Aulnay : les ateliers redémarrent au ralenti, les syndicalistes revotent la grève

, , , ,

Publié le , mis à jour le 28/01/2013 À 08H03

[ACTUALISÉ] - Les ouvriers de l'usine PSA d'Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, reprennent le chemin des ateliers ce 28 janvier. La direction du site a fait appel à 200 salariés cadres venus d'autres usines pour soutenir leurs collègues et assurer la sécurité sur le site. La poursuite de la grève et l'occupation du site ont été voté par les syndicalistes à main levée il y a quelques minutes.

Usine PSA d'Aulnay : les ateliers redémarrent au ralenti, les syndicalistes revotent la grève © Pauline Ducamp - L'Usine Nouvelle

Avant la nouvelle journée de négociation sur le reclassement des salariés le 29 janvier, l'usine automobile PSA d'Aulnay-sous-Bois, fermée depuis le 16 janvier en raison d'un mouvement social, rouvre ses portes ce 28 janvier.

A 6h45 ce matin, la sonnerie retentit : après le briefing du matin, les chaînes redémarrent. "On n'est pas nombreux", lance un salarié, comme le rapporte une journaliste de L'Usine Nouvelle sur place.

L'encadrement réunit les salariés pour leur expliquer la présence de 200 cadres supplémentaires, venus d'autres sites du groupe pour assurer la sécurité de leurs collègues d'Aulnay, ainsi que celle d'une dizaine d'huissiers sur le site. Les représentants du groupe PSA Peugeot Citroën font état de 30 % d'absentéisme au petit matin.

L'ambiance est tendue. Discussions, tensions, le climat est un peu étrange. Des salariés grévistes envahissent l'atelier de montage, le leader CGT Jean-Pierre Mercier en tête de ligne. "L'atelier ferrage envahit le montage", constate notre journaliste. "Tout est bien encadré. Les grévistes protestent contre la venue de cadres d'autres sites".

"La grève (durera) le temps qu'on le décidera !", scande Jean-Pierre Mercier. Il lance de nouveau l'occupation de l'usine et un vote à main levée pour la poursuite de la grève.

Une grève de grande ampleur a touché l'usine PSA d'Aulnay le 16 janvier dernier. Une partie des 3 000 salariés du site ont protesté contre la fermeure de l'usine prévue pour 2014.

"Demain en France ça va chauffer !", lance un syndicaliste. Les salariés de PSA, Renault, Virgin, ou encore Goodyear ont déposé un préavis de grève pour le 29 janvier.

Actualisation : Les syndicalistes et les salariés en faveur du mouvement de protestation viennent de voter à main levée pour la poursuite de la grève et l'occupation du site. 350 à 400 grévistes sont recensés ce matin. Ils sont dans l'usine, et discutent avec les salariés non grévistes sur les lignes de production. La chaîne continue de tourner mais très peu de véhicules en sortent, les syndicalistes bloquant le bout de la ligne.

Elodie Vallerey avec Pauline Ducamp sur place

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

28/01/2013 - 08h59 -

Faisons payer le coût du social, et des fermetures d'usine et des délocalisations aux Chinois : taxons les produits chinois ! Car c'est bien là la cause de tous les problèmes de l'industrie française : la concurrence déloyale qui est tolèrée par la gouvernement et l'Europe, qui va nous mener à une désertification totale de l'industrie française ! Et encore des millions de chômeurs en plus !
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte