USA: La Fed prévoit une chute de 6,5% du PIB en 2020 et maintient sa politique

WASHINGTON (Reuters) - La Réserve fédérale des Etats-Unis a réaffirmé mercredi son engagement à maintenir un soutien exceptionnel à l'économie américaine, disant s'attendre à une contraction du produit intérieur brut (PIB) de 6,5% cette année et à un taux de chômage de 9,3% en fin d'année.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

USA: La Fed prévoit une chute de 6,5% du PIB en 2020 et maintient sa politique
La Réserve fédérale des Etats-Unis a réaffirmé mercredi son engagement à maintenir un soutien exceptionnel à l'économie américaine, disant s'attendre à une contraction du produit intérieur brut (PIB) de 6,5% cette année et à un taux de chômage de 9,3% en fin d'année. /Photo d'archives/REUTERS/Joshua Roberts

"La crise sanitaire en cours va peser lourdement sur l'activité économique, l'emploi et l'inflation à court terme et crée des risques considérables pour les perspectives économiques à moyen terme", explique la Fed dans son communiqué de politique monétaire.

Si le communiqué de politique monétaire reprend pour l'essentiel celui publié fin avril à l'issue de la précédente réunion du Federal Open Market Committee (FOMC), la banque centrale promet de maintenir ses achats d'obligations "au rythme actuel", soit environ 80 milliards de dollars par mois pour les bons du Trésor et 40 milliards pour les prêts immobiliers titrisés.

Cet engagement montre que la Fed commence à dessiner une stratégie de long terme pour accompagner la reprise économique, qui devrait se traduire en 2021 par un rebond de 5,0% du PIB.

Les nouvelles prévisions de ses responsables publiées depuis le début de l'année préfigurent le maintien du taux des fonds fédéraux ("fed funds") à son niveau actuel proche de zéro jusqu'en 2022 au moins.

La Fed avait réduit cet objectif, qui constitue le principal instrument de sa politique monétaire, de 150 points de base en urgence en mars pour tenter de limiter l'impact de la pandémie de coronavirus.

Les précédentes prévisions économiques de la banque centrale dataient de décembre car elle avait renoncé à les actualiser en mars en raison des incertitudes exceptionnelles liées à la pandémie.

Le président de l'institution, Jerome Powell, doit tenir une conférence de presse en visioconférence à partir de 18h30 GMT.

Quelques minutes après la publication du communiqué et des prévisions de la Fed, l'indice Standard & Poor's 500 de la Bourse de New York, jusqu'alors pratiquement inchangé, gagnait 0,35%.

Sur le marché des changes, le dollar était en revanche orienté à la baisse face à un panier de devises de référence (-0,43%), permettant à l'euro de remonter à plus de 1,14 dollar. Le rendement des bons du Trésor américain à dix ans reculait lui aussi nettement, de près de six points de base à 0,7708%.

La crise a déjà conduit la Fed a mobiliser plusieurs milliers de milliards de dollars pour soutenir l'économie et les marchés financiers, des mesures qui touchent aussi bien le marché des bons du Trésor que les prêts aux petites et moyennes entreprises.

Cette mobilisation exceptionnelle a eu pour effet une envolée de la taille du bilan de la banque centrale, qui dépasse désormais 7.200 milliards de dollars (6.350 milliards d'euros) contre moins de 3.500 milliards début mars.

(Howard Schneider et Lindsay Dunsmuir, version française Marc Angrand, édité par Blandine Hénault)

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS