USA: Biden est prêt à négocier l'impôt sur les sociétés, mais en a assez des mauvais payeurs

par Trevor Hunnicutt et Jeff Mason
USA: Biden est prêt à négocier l'impôt sur les sociétés, mais en a assez des mauvais payeurs
Joe Biden a lancé mercredi un vibrant appel aux entreprises américaines pour qu'elles acceptent un projet de réforme visant à financer son plan sur les infrastructures de 2.300 milliards de dollars (1.935 milliards d'euros), mais il a indiqué qu'il était prêt à négocier le montant exact qu'elles auraient à payer. /Photo prise le 7 avril 2021/REUTERS/Kevin Lamarque

(Reuters) - Joe Biden a lancé mercredi un vibrant appel aux entreprises américaines pour qu'elles acceptent un projet de réforme visant à financer son plan sur les infrastructures de 2.300 milliards de dollars (1.935 milliards d'euros), mais il a indiqué qu'il était prêt à négocier le montant exact qu'elles auraient à payer.

"Je suis prêt à négocier (le montant)", a-t-il déclaré aux journalistes. "Mais nous devons payer pour (ce plan)".

Le président américain doit faire face à une forte opposition des républicains, des grandes entreprises et même de certains membres de son propre parti à certains éléments de son projet.

Joe Biden a fait valoir que la position des États-Unis en tant que puissance mondiale prééminente était menacée par la Chine si les investissements qu'il a décrits n'étaient pas réalisés, affirmant qu'il serait inacceptable de ne pas aller de l'avant.

"L'Amérique n'est plus la première puissance mondiale parce que nous n'investissons pas", a déclaré Joe Biden. "Je ne sais pas pourquoi nous n'arrivons pas à comprendre cela".

La Chine, a-t-il dit, "compte sur le fait que la démocratie américaine est trop lente, trop limitée et trop divisée pour suivre le rythme" et "nous ne pouvons pas nous permettre de leur donner raison."

Le président américain a proposé d'investir sur huit ans dans la construction de routes et de ponts, la rénovation de logements, l'élargissement de l'accès à internet, la prise en charge des personnes âgées, le financement de l'industrie manufacturière nationale et la construction de trains à grande vitesse.

Selon la Maison blanche, le plan de Joe Biden n'alourdirait pas la dette du pays à long terme. La plus grande partie du financement proviendrait d'une augmentation du taux d'imposition des sociétés, qui passerait à 28% contre 21% dans le cadre de la réduction d'impôt de 2017 décidée par l'ancien président, Donald Trump.

L'administration Biden a publié plus de détails mercredi sur les composantes fiscales du plan, qui prévoit également des prélèvements plus élevés sur les bénéfices des entreprises à l'étranger, un nouvel impôt minimum sur les bénéfices que les entreprises déclarent aux investisseurs et le financement d'un plus grand nombre de fonctionnaires chargés de faire respecter la loi par l'Internal Revenue Service.

Ces efforts, baptisés "Plan fiscal pour l'Amérique", permettraient de lever 2.500 milliards de dollars sur 15 ans, selon le département du Trésor.

CRITIQUES ACERBES

Le lobby des entreprises et les républicains ont été très critiques à l'égard de l'aspect financier de la proposition.

Pourtant, le chef de la minorité du Sénat, Mitch McConnell, a laissé la porte ouverte à un possible compromis. Il a déclaré mercredi qu'un projet de loi sur les infrastructures pourrait obtenir le soutien des républicains s'il ciblait les projets traditionnels concernant les routes, les ponts et le haut débit sans "revoir complètement" la réduction d'impôt de 2017.

L'un des plus proches alliés de Joe Biden au Sénat, le démocrate Chris Coons, a lancé un ultimatum aux républicains mercredi. Il a déclaré qu'ils auraient jusqu'à la fin du mois de mai pour négocier un projet de compromis avant que les démocrates n'adoptent leur propre législation.

Une décision prise lundi par le Sénat américain permettrait aux démocrates d'adopter le projet de loi même en cas d'obstruction républicaine, en s'appuyant sur le vote de la vice-présidente Kamala Harris pour départager les deux chambres. Soixante voix sont généralement nécessaires pour surmonter une obstruction.

"J'EN AI ASSEZ"

Le responsable politique de la Chambre de commerce des États-Unis, Neil Bradley, a déclaré que le besoin en infrastructures n'était pas une excuse pour adopter "des hausses d'impôts qui vont nuire aux entreprises américaines et coûter des emplois américains".

Joe Biden a répliqué en s'en prenant aux entreprises qui paient peu ou pas d'impôts fédéraux.

"Je n'essaie pas de punir qui que ce soit, mais bon sang - c'est peut-être parce que je viens de la classe moyenne - j'en ai assez que les gens ordinaires se fassent plumer", a déclaré le président américain.

Le directeur général d'Amazon, Jeff Bezos, a déclaré mardi qu'il était favorable à une augmentation du taux d'imposition des sociétés aux États-Unis dans le cadre d'une réforme des infrastructures, sans pour autant approuver une des mesures précises formulées par Joe Biden.

(version française Camille Raynaud)

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 29/08/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS