Uramin, retour sur un des plus gros ratés d'Areva

Libération révèle ce jeudi 11 février de nouveaux éléments dans le dossier Uramin, la société minière rachetée par Areva en 2007 pour 1,8 milliard d'euros alors que ses gisements étaient inexploitables. 

Partager

En pleine opération sauvetage d'Areva - avec une recapitalisation à 5 milliards d'euros et une reprise de son activité réacteurs par EDF - Libération fait ressurgir le dossier Uramin. Cette société minière avait été rachetée en 2007 par le géant du nucléaire français pour la coquête somme de 1,8 milliard d'euros.

En ajoutant les investissements entrepris par Areva dans des gisements pourtant inexploitables, la facture s'élevera à un total d'environ 2,5 milliards d'euros. Un raté coûteux pour son principal actionnaire, l'Etat.

Documents cachés et experts ignorés

D'après les informations de Libération, pour valider le rachat, Areva aurait ainsi menti à son autorité de tutelle, l'agence des participations de l'Etat (APE), en lui cachant deux notes faisant état de "risques sur la nature exacte des réserves".

Autre élément : les interrogations des géologues de la division Mines d'Areva qui ont été ignorées. Ils évoquent des "dysfonctionnements majeurs" et "un aveuglement irrationnel" de la direction.

En effet, les investissements sur des sites improductifs se poursuivent avec comme exemple le plus flagrant, la construction d'une usine de déssalement d'eau pour le traitement de l'uranium à Trekkopje, en plein désert de Namibie. "On a bien senti que cela ne collait pas, et malgré tout on a continué à construire, à investir dans une usine. Le train était parti et il ne fallait plus l'arrêter. Personne n'a appuyé sur le frein", résume à Libé un ancien cadre de la division Mines.

Des actifs dépréciés un peu tard

Enfin, Areva aurait truqué ses comptes pour retarder le plus possible la dépréciation de ces actifs miniers. Une prise de conscience de la direction financière qui remonte à 2009.... mais qui aurait été défavorable à une reconduction d'Anne Lauvergeon à son poste de présidente de l'entreprise qu'elle a fondée en 2001. Résultat : les actifs d'Uranim ne seront dépréciés que fin 2011, après le départ d'Anne Lauvergeon. La justice doit encore faire la lumière sur ces éléments et sur la mise en cause de son mari, Olivier Fric, soupçonné par Tracfin de blanchiment de fraude et d'avoir spéculé sur ce rachat d'Uranim par Areva.

Le journaliste de Libération, auteur de cette enquête, et l'avocat d'Anne Lauvergeon étaient les invités d'iTélé ce mercredi 10 février :


5 Commentaires

Uramin, retour sur un des plus gros ratés d'Areva

Laurent
11/02/2016 15h:53

Ca peut arriver à tout le monde de se tromper .. et puis la notion de maquillage de comptes est toujours très relative.

Ce sont les gens qui ont monté Uranim puis l'ont vendu à Areva en s'enrichissant qui sont les vrais escrocs !

Réagir à ce commentaire
youbla81
11/02/2016 19h:41

Apres Neves Corvo au Portugal au début des années 80 puis Yanaccocha au Pérou dans les années 90 on peut dire que nos supers dirigeants d'entreprises minières publiques sont vraiment doués pour conduire au fiasco toute la filière minière française. Que d'argent perdu, que de savoir faire perdu que d'emplois perdus !!!

Réagir à ce commentaire
verdarié
12/02/2016 15h:12

Se tromper oui, mais de bonne foi? A la réflexion de ce qu'on peut lire, j'en doute!
Et ou a donc été recasée super Nanie après avoir produit (pas seule)ce fiasco de 5 milliards ?....... A pole emploi ? Pas du tout,elle dirige Sigfox un autre grand projet des télécoms ?
Comme quoi l'apprentissage par l'échec est quelque chose de positif qui mérite d'être développé, en France

Réagir à ce commentaire
HERVE
21/02/2016 22h:23

Cette affaire a beaucoup de points communs avec le scandale des avions renifleurs. On retrouve aussi un volet belge avec Daniel Wouters de la Belgolaise (où travaillait aussi Reginald Thibaut de Maisières).

Réagir à ce commentaire
NataFred
24/02/2016 23h:03

On dit que l'uranium ça coûte pas cher dans le coût de l'électricité nucléaire. Finalement, cette affirmation est à revoir... (comme tout ce qui touche au nucléaire d'ailleurs : coûts des démantèlement, des déchets, de la pseudo sécurité...)

Réagir à ce commentaire

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Energie et Matières premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Nouveau

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Auto et économie circulaire

Auto et économie circulaire

Dans ce nouvel épisode du podcast La Fabrique, Julie Thoin-Bousquié revient sur la prise en compte des enjeux d'économie circulaire dans l'automobile. En toile de fond, l'impératif de...

Écouter cet épisode

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

Lors des Assises de l'industrie 2021 organisées par L'Usine Nouvelle, Clotilde Delbos, directrice générale adjointe de Renault et DG de Mobilize (marque du groupe au losange) et Christel Bories,...

Écouter cet épisode

Une bête curieuse

Une bête curieuse

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix nous raconte le parcours de Temple Grandin.  Autiste, experte en psychologie des animaux, ingénieure, chef d’entreprise... Temple Grandin...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Energies renouvelables

Capteur solaire - CR 110

KIMO INSTRUMENTS

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 06/12/2021 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS