UPM sabote ses machines avant qu'elles soient mises aux enchères

Les machines utilisées par le papetier finlandais UPM à l’usine de Docelles (Vosges) seront vendues aux enchères mardi 24 octobre. Selon Le Monde, le propre directeur de l’usine a demandé à ce qu’elles soient sabotées pour éviter que des concurrents ne mettent la main dessus.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

UPM sabote ses machines avant qu'elles soient mises aux enchères
Entrée de la papeterie UPM à Docelles (Vosges) fermée depuis 2014.

UPM, entreprise de traitement de produits forestiers, a saboté ses machines dans l'usine de Docelles (Vosges) avant qu’elles soient vendues aux enchères. Selon Le Monde, Jean Kubiac, directeur général chez UPM France, a donné cette directive avant l’été. Ils ont, par exemple, percé les cylindres de la machine principale.

Ce sont des machines qui valent quelques millions d’euros. Abîmées, elles seront vendues en pièces détachées à des prix beaucoup plus faibles. Tamis, cuves en inox, pompes, raffineurs, … 200 lots seront vendus à l’hôtel des ventes d’Epinal, avec le commissaire-priseur Olivier Marquis. "Neuve, une machine à papier allemande comme cela vaudrait 100 millions d’euros, confie-il au Monde. Mais dans son état actuel, elle partira sans doute pour 1 ou 2 millions seulement". Et le directeur se justifie : "si nous fermons l’usine, c’est pour réduire les surcapacités. Pas pour la retrouver ailleurs, et que sa production revienne en France inonder le marché !".

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Ouverte depuis 1452, la plus ancienne papeterie d’Europe, avait fermé ses portes en 2014 à cause de la baisse de consommation du papier. 160 personnes ont été licenciées et UPM a réparti sa production dans les autres usines. Interrogé par France 3 Lorraine, le maire de Docelles, Christian Tarantola, reste pourtant optimiste : "pour moi UPM, c'est terminé. En revanche on met beaucoup d'espoir dans le repreneur par ce que je sais qu'il est en recherche pour de nouveau amener une activité sur le site - bien entendu ce ne sera plus une activité papetière, ni une activité aussi importante. Moi je reste confiant, ça me redonne de l'optimisme et ça nous redonne à nous, les gens du territoire, l'envie de continuer à nous décarcasser pour développer notre beau petit village".

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS