Universal fait sauter à son tour les DRM

Publié le

Universal fait sauter à son tour les DRM

Après EMI, Universal fait sauter les verrous. La maison de disques Universal Music s'est lancée à son tour dans la musique en ligne, libérée du système anti-copie, DRM (Digital rights management). La filiale du groupe Vivendi proposera dès le 21 août, et pour une période test jusqu'en janvier, une grande partie de son catalogue musical. Ces morceaux, téléchargeables sans le système de lutte conte le piratage, seront disponibles entre 89 et 99 cents l'unité.

Le DRM s'est imposée dans l'industrie du cinéma et de la musique depuis la fin des années 90 pour protéger les droits d'auteurs des œuvres numériques, contre le piratage sur Internet. L'absence de ce système anti-copie sur les musiques téléchargées permet d'écouter le morceau sur n'importe quel support et de les transférer d'un appareil à un autre.

Alors que les téléchargements pirates de musique sur Internet restent fréquents, les acteurs de la musique en ligne ont tenté de nouvelles voies : Warner propose des morceaux légaux et gratuits, financés par la publicité en ligne ; alors qu'EMI, Universal et d'autres distributeurs proposent des morceaux toujours payants, mais sans DRM.

Camille Harel

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte