Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Union sacrée pour développer la filière de l'éolien

Publié le

De nombreux industriels français vont se regrouper pour devenir les fournisseurs des grands acteurs européens du secteur. Alors que les propositions du rapport du député Patrick Ollier risquent de brider le développement de l'éolien terrestre.

Ce sont 38 GW de capacités éoliennes qui ont été installées dans le monde en 2009, un chiffre en croissance de 35 % sur l'année précédente, selon l'étude annuelle du cabinet danois BTM Consult. Le marché a représenté 51 milliards d'euros de chiffre d'affaires pour les fabricants de turbines. La Chine a été le pays le plus demandeur, avec quasiment 14 GW installés. Et trois fabricants chinois, Goldwing, Sinovel et Dongfan, font désormais partie des dix premiers acteurs mondiaux : ils ont réalisé à eux trois 23 % des capacités. Mais les fabricants européens résistent et continuent d'assurer 40 % du marché mondial. D'après BTM Consult, dans dix ans, plus de 8 % de la consommation mondiale d'électricité pourrait être d'origine éolienne. .

Ils sont cent cinquante. Cent cinquante industriels français bien décidés à mettre le pied dans l'univers de l'éolien. Qu'ils soient chaudronniers, concepteurs d'armoires électriques, ou spécialistes des composites, ces sous-traitants de l'aéronautique ou de l'automobile comptent tirer profit de leurs spécificités industrielles. Le Syndicat des énergies renouvelables, accompagné des consultants de Capgemini, a lancé il y a quelques semaines une opération destinée à faciliter le contact entre ces industriels français et les donneurs d'ordres du secteur. L'objectif : développer une filière française spécifique. Une initiative bienvenue, mais quelque peu contrariée par les contraintes sur le développement de l'éolien que semble annoncer le rapport Ollier. Le député (UMP) a rendu public les propositions de la mission sur l'énergie éolienne qu'il préside. Pour l'essentiel : des schémas territoriaux devront délimiter les zones où l'éolien aura sa place ; les sites devront avoir une taille minimale de 15 MW et l'éolien devra être soumis au régime des installations classées. « C'est dommage que le débat sur l'éolien soit récurrent dans le pays », regrette André Antolini, le président du Syndicat des énergies renouvelables. « Pour atteindre les objectifs nationaux de 1 900 MW, il suffit d'installer 6 000 éoliennes supplémentaires : cela ne va pas défigurer le paysage », martèle-t-il.

Le syndicat compte malgré tout impliquer les industriels français dans le développement de cette activité. L'année dernière, il avait publié un annuaire de ceux qui fabriquent déjà des composants pour le secteur. « Nous voulons désormais identifier des entreprises qui pourraient ajouter de nouvelles compétences et de nouvelles technologies », signale Nicolas Wolff, le directeur général de Vestas France et président du syndicat France Energie éolienne.

LES SOUS-TRAITANTS À LA RENCONTRE DES ACHETEURS

« Nous avons décortiqué les besoins techniques de cette industrie : du multiplicateur aux composants électriques en passant par les éléments des nacelles », signale Emmanuel Gavache, le directeur de l'activité industrie chez Cap Gemini Consulting. L'équipe a envoyé ces éléments à plusieurs milliers d'industriels et aux chambres de commerce. Parmi les retours, elle a sélectionné quatre cents entreprises et leur a demandé de faire des propositions techniques. Cent cinquante ont été choisies, qui ont rencontré en février les principaux donneurs d'ordres européens du secteur. Les acheteurs de Vestas, Enercon, Gamesa, Acciona, etc. ont fait le déplacement. « Cela nous a permis de discuter librement avec eux et de comprendre leur modèle économique », relate Yves Roussin, le directeur du petit bureau d'études FD Composites. L'enjeu est de trouver des solutions innovantes qui permettent de gagner des points de productivité et de diminuer le prix du kilowattheure. Des défis que ces industriels pourront relever. « La longévité importante demandée pour ces produits est du même ordre de grandeur que dans l'aéronautique, un secteur pour lequel nous travaillons depuis longtemps », signale Patrick Désire, le directeur des ventes de l'activité industrielle de SNR Roulements. La maison mère japonaise du spécialiste des roulements fournit l'éolien depuis cinq ans. Mais une branche française va être créée, avec une équipe de R et D dédiée. Quelques dizaines de millions d'euros vont être investis dans cette activité sur ses sites de production français.

« Cette première réunion a permis à divers industriels d'envisager des collaborations », signale Hervé Mariage, le directeur du segment éolien pour Schneider Electric. Pour Schneider, l'idée est de développer des solutions électriques complètes à apporter aux donneurs d'ordres.

D'autres contacts ont été pris pour aller plus loin. « Nous avons organisé une vingtaine de rendez-vous entre ces industriels et nos acheteurs », déclare ainsi Nicolas Wolff. Une plate-forme électronique a aussi été créée pour que les industriels puissent poursuivre la discussion. « Nous regardons ensemble comment nous pouvons nous faire aider pour les processus de qualifications, très complexes et onéreux dans cette industrie », indique Hervé Mariage. Le programme va continuer en région avec, le 6 mai, un rendez-vous en Picardie pour les entreprises locales. « Développer l'éolien n'est pas seulement une question de défense de l'environnement : la filière va créer des emplois », insiste André Antolin. A condition que le contexte français devienne plus favorable.


Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle