Une TPE/PME française sur trois prévoit d'embaucher en 2014

Un tiers des TPE et PME ont recruté en 2013 et à peu près autant ont prévu de le faire en 2014, ce qui représenterait en théorie 2,5 millions d'embauches potentielles cette année, selon une enquête publiée le 7 février.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Une TPE/PME française sur trois prévoit d'embaucher en 2014

Les TPE et PME seront-elles les moteurs de la croissance en 2014 ? Un tiers d'entre elles prévoit d'embaucher cette année, selon une étude réalisée par le site Meteojob et la place de marché en ligne Companeo. L'enquête fait apparaître aussi que 37,4% des entreprises moyennes, petites ou très petites sondées ont abandonné l'an passé un projet de recrutement. Elles ont invoqué pour cela très majoritairement (67,1%) la situation économique mais aussi, pour certaines (16,7%), la difficulté à trouver le profil adéquat.

L'enquête a été menée entre les 6 et 10 décembre auprès d'un panel de 772 chefs d'entreprises de TPE ou PME, commerçants artisans et professions libérales dont la répartition sectorielle, géographique, est représentative de la répartition de l'ensemble des entreprises sur le territoire national.

2 millions et demi d'embauches potentielles ?

Pour 2013, 34,7% d'entre eux ont déclaré avoir recruté un ou plusieurs collaborateurs en CDI (contrat à durée indéterminée). La proportion monte à plus d'un sur deux pour les entreprises de cinq salariés ou plus. "Extrapolé au niveau national, cela représente plus d'un million d'entreprises qui ont embauché" l'an passé, soulignent les auteurs de l'enquête. Pour 2014, elles sont 32,3% à déclarer avoir des projets de recrutement et ce alors que 2,5 postes sont à pourvoir par entreprise. Cela représenterait donc en théorie 2,5 millions d'embauches potentielles.

Mais dans le même temps, près de six entreprises sur dix déclarent être en situation de sous-effectifs, que ce soit régulièrement (31%) ou ponctuellement (37%).

Dans près de 60% des cas, les entreprises en situation de sous-effectifs déclarent que le principal frein à l'embauche est le coût du travail, suivi par l'absence de visibilité et le caractère saisonnier de leur activité. L'effet de seuil, qui crée des nouvelles obligations pour les entreprises à partir d'un certain nombre de salariés, n'est cité que dans 10% des cas.

Avec Reuters (Yann Le Guernigou, Yves Clarisse)

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS